Une semaine après le point de presse tenu par Roméo Caliste (membre démissionnaire) et Pascal Telvar (ancien président), les membres du comité directeur de l’Association mauricienne de boxe (AMB) leur ont donné la réplique. Face à la presse hier matin à Port-Louis, ils ont réfuté tous les arguments émis à leur égard, avec preuves à l’appui. L’essentiel pour eux était de défendre l’image de la fédération et de permettre aux boxeurs de s’entraîner en toute sérénité.
Le président de l’AMB, Indiren Ramsamy, n’a pas été tendre à l’égard de son prédécesseur. « Pascal Telvar n’est même pas un membre élu. Il n’a pas été à la hauteur au cours de sa présidence. Qui est-il pour venir critiquer la fédération ? Aspire-t-il à revenir à la présidence ? » s’est-il demandé. Procès-verbal à l’appui, il a fait remarquer que Pascal Telvar n’est jamais venu de l’avant avec l’organisation du MBC Boxing Tour et une augmentation subséquente des allocations des entraîneurs régionaux.
Concernant le fait que les boxeurs de Savanne (région où Telvar agit comme entraîneur) ne se retrouvent pas au sein du Pôle Espoirs, Indiren Ramsamy a souligné que c’est le rôle du conseiller technique, Roberto Ibanez, et non le sien, d’effectuer le choix. « Aucun boxeur de cette région n’a émergé au cours des derniers championnats nationaux juniors. De plus, huit de leurs représentants se sont inclinés dès les quarts de finale des Jeux des Jeunes. Ils ne sont donc pas éligibles de figurer au sein du Pôle Espoirs. »
Indiren Ramsamy s’est également défendu d’être « l’homme à tout faire » de la fédération, comme argué par ses deux détracteurs. « En tant que président, je délègue les responsabilités. Par exemple, alors qu’il était membre, Roméo Caliste était responsable des licences, de la réservation au niveau des hôtels et de l’accueil des délégations à l’aéroport. Aujourd’hui, il se contredit dans ses propos en venant dire que je contrôle tout. »
Dans la foulée, il a balayé d’un revers de la main l’argument à l’effet qu’il existe un sentiment de peur au sein de la fédération. Seul élément féminin au sein de cette fédération, Denise Hennequin a confirmé cet état de faits. « Une belle entente règne au sein de l’équipe dirigeante. Nous travaillons dans le respect et la discipline. »
Le président de l’AMB s’est également dit déçu des critiques formulées à l’égard de Roberto Ibanez. « C’est quelqu’un qui se donne beaucoup de peine. D’ailleurs, contrairement à ce qui a été dit, il a effectué des visites aux comités régionaux de BBRH et de Savanne en compagnie de Richard Sunee. » Il a également dit sa satisfaction devant la prestation des représentants mauriciens aux derniers championnats d’Afrique.
« Sur 23 pays participants, nous avons terminé à la quatrième place. C’est faux de venir avancer que Kennedy St Pierre et Richarno Colin ont stagné, car ils ont affronté les éventuels médaillés d’or. Puis, nous avons délégué neuf boxeurs afin qu’ils bénéficient de frottements en vue des prochains Jeux des îles. » De son côté, Gérard Louis, qui avait agi en tant que chef de délégation au Congo-Brazzaville, a soutenu que Jean-Luc Rosalba méritait sa victoire lors de son quart de finale. « Vu la tension dans la salle, les juges ont travaillé sous pression. Sa victoire était indiscutable », a-t-il avancé.
Indiren Ramsamy a aussi réitéré sa confiance en Gino Paul, responsable du Pôle Espoirs et qui avait agi comme entraîneur aux championnats d’Afrique. Il s’est demandé quand et où Pascal Telvar a décroché une étoile en tant qu’entraîneur, tout en maintenant qu’il ne s’est pas ingéré dans les affaires internes du comité régional de BBRH. « Le club de Stanley-Trèfles est en règle avec la fédération, et nous accordons tout notre soutien à son entraîneur, Bruno Julie. Par contre, Roméo Caliste fait tout pour contrarier Bruno Julie. »
La justification du tirage au sort pour le choix du chef de délégation lors d’un déplacement, la transparence au niveau d’un compte à la Mauritius Commercial Bank et une éventuelle tournée des jeunes du Pôle Espoirs en Asie ou en Europe ont aussi été évoqués. Par ailleurs, tout porte à croire que l’ancien trésorier, Cassam Kahadaroo, effectuera son retour au sein du comité directeur. Il remplacera ainsi Dominique Rosalba, qui avait récemment soumis sa démission.