Facebook vient de fêter ses dix ans sans tambour ni trompette. Le célèbre réseau social aurait pourtant de quoi pavoiser, vu l’incroyable croissance affichée par le groupe. Mais pour autant phénomène mondial qu’il soit, Facebook sait qu’il doit désormais compter sur une concurrence farouche.
S’il est un réseau social qui aura marqué la dernière décennie, c’est bien Facebook. Le groupe, d’ailleurs, affiche une extraordinaire santé financière. Mais si tous les indicateurs sont au vert, il convient au “réseau des réseaux” de rester “dans le coup”. Une cool attitude rendue d’autant indispensable que, dix ans après sa naissance, Facebook n’est plus seul sur le marché de la société virtuelle.
Ainsi, si beaucoup continuent de liker sur Facebook, les adeptes d’autres réseaux sociaux sont de plus en plus nombreux. À 16 ans, Owen Fairchild est moins souvent qu’avant sur Facebook. Ses amis et lui n’ont pas totalement abandonné le premier réseau social mondial, mais ils passent aussi du temps sur d’autres plates-formes, comme Twitter, Snapchat ou Instagram. “Je suis passé à autre chose”, dit cet élève de l’Alameda Community Learning Center, dans la baie de San Francisco. “Je vais beaucoup plus sur (le site de blogs) Tumblr; il y a des tas de choses marrantes”, ajoute-t-il. L’application de messages éphémères Snapchat “est super-amusante aussi car on peut envoyer des photos où on est vraiment moche, et elles s’effacent après quelques secondes”.
Facebook a été un précurseur des réseaux sociaux en ligne, lesquels ont reçu un coup d’accélérateur grâce aux smartphones, qui permettent aux gens de partager n’importe quand des images, des vidéos ou des observations. Alors qu’il célèbre encore son dixième anniversaire, fêté début février, le premier réseau social mondial est toutefois confronté au défi de conserver sa base originale de jeunes utilisateurs, alors que de nouveaux services rivalisent pour être les plus… cool.