Dans le cadre de la Research Week, la faculté d’Agriculture de l’Université de Maurice a présenté hier quatre projets – Food Safety, Value Addition Technologies, Biodiversity and Bioprospecting et Climate Change and Agriculture – pour faire avancer la recherche dans le pays. Regroupant quelque 300 étudiants répartis sur plusieurs programmes d’études, le département axe ses principaux travaux de recherche sur la sécurité alimentaire et le dialogue entre les acteurs concernés. Cette journée a vu une dizaine de présentations orales des étudiants et des chargés de cours ainsi qu’une exposition de 14 posters.
Pour l’année 2011, la faculté d’Agriculture compte quatre étudiants en PhD, un en MPhil et environ 300 autres préparant une licence dans plusieurs programmes d’études, tels l’Agriculture, l’Aquaculture, le Forestry et le Food Science and Technology. À une présentation hier, Françoise Driver, la doyenne de la faculté d’Agriculture, a fait part de la mission de la faculté : contribuer à faire avancer la recherche dans le pays. « Il faut faire en sorte pour que Maurice puisse contribuer et en bénéficier en termes d’éducation, de formation et de recherche », souligne Mme Driver. 
La doyenne de la faculté d’Agriculture est d’avis qu’il faudrait favoriser le lien entre la recherche et l’enseignement car, dit-elle, les deux vont de pair. Et d’ajouter : « Il nous faut produire des diplômés employables qui à leur tour mettront leurs connaissances au profit de la société. » Les principaux objectifs de la faculté d’Agriculture : favoriser le renforcement des capacités en matière de recherche, produire des diplômés hautement qualifiés, promouvoir la publication dans des ouvrages de recherche internationalement reconnus et mettre en place une nouvelle génération de chercheurs.
Les quatre projets de recherche présentés lors de la Semaine de la Recherche  portent sur Food Safety, Value Addition Technologies, Biodiversity and Bioprospecting et Climate Change and Agriculture. Le premier projet consiste à évaluer les pratiques de sécurité des aliments (préparation des aliments, cuisson et service) par les vendeurs de rue lors d’échanges commerciaux. Le second analysera les caractéristiques du fruit à pain pour déterminer s’il peut servir de substitut à la farine de blé. 
Le Biodiversity and Bioprospecting se propose d’étudier les propriétés pesticides, antioxydants et antimicrobiennes de certaines éponges marines locales, à savoir, le Plakortis Nigra, Pericharax Heterorhaphis, Biemna Tubulosa et Stylissa. Quant au dernier projet, la faculté d’Agriculture compte analyser cette année les effets du changement climatique par rapport à l’agriculture mauricienne et identifier les zones potentielles pour la recherche sur l’agriculture.