L’envergure du scandale de Faked Fitness Certificates à la National Transport Authority (NTA), qui fait l’objet d’une enquête criminelle confiée à la CID Metropolitan North de l’assistant surintendant de police, l’ASP Hector Tuyau, dépasse tout entendement. Pour la seule année 2015, le réseau de fraude mis en place à la NTA, avec la complicité alléguée des Vehicle Examiners de la NTA, de connivence avec des agents recruteurs, aurait profité à au moins un millier de propriétaires de grosses cylindrées avec l’émission de fausses déclarations pour les besoins du paiement de la vignette officielle. En tenant en ligne de compte que l’enquête de l’ASP Tuyau remonte à au moins 2007, le nombre de voitures impliquées dans cette fraude, avec une telle moyenne annuelle, devrait s’élever à au moins 10 000.
En principe, toutes ces voitures doivent être placées sous séquestre par la police dans l’enceinte de la CID d’Abercrombie, comme cela a été le cas jusqu’ici pour les 16 voitures, dont la berline du président de l’Alliance française et du Grand Maître de la Loge Maçonnique Bruno Dumazel. Entre-temps, à ce matin, 28 arrestations et inculpations provisoires ont été enregistrées formellement. D’autre part, une lettre de dénonciations bien documentée établit les tarifs de la fraude et de la corruption à la NTA.
Si au niveau de l’organisation du travail dans les deux Fitness Centres de Plaine-Lauzun et de Forest-Side, le transfert d’une vingtaine de policiers, ayant une parfaite maîtrise en connaissances mécaniques, depuis le début de la semaine est venu alléger le fardeau du contrôle des véhicules, le problème de “forged”  déclarations de cylindrées pour le paiement des vignettes demeure entier. Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que, pour la seule année 2014, pas moins d’un millier de cas de fausses déclarations devront faire l’objet d’enquête de la part de la CID Metropolitan North. La situation devient encore plus délicate car, pour chaque année pour la durée de cette enquête, qui remonte à 2007 au moins, le nombre de voitures pourrait facilement s’approcher de la barre des 10 000.
Le casse-tête à la NTA et au ministère des Infrastructures publiques se résume à cela : que faire avec ce premier millier de voitures suspectes pour l’année dernière si l’enquête de la CID de Port-Louis Nord connaît une nette accélération dans les prochaines semaines. Jusqu’ici, les 16 voitures impliquées formellement ont été placées sous séquestre à Abercrombie. Techniquement, ce millier de véhicules devraient subir le même sort, soit la saisie.
La question a été évoquée au plus haut niveau de la NTA et du ministère des Infrastructures publiques en début de semaine en vue d’élaborer une solution pratique tout en portant préjudice à la décision formelle du conseil des ministres du vendredi 22 janvier à l’effet que « the NTA investigation must go on ». L’option d’une amnistie aux propriétaires de voitures, qui ont tiré profit de cette magouille à la NTA sur les Fitness Certificates, ne fait pas l’unanimité dans les milieux concernés.
D’autre part, l’une des raisons derrière l’embouteillage menant au Fitness Centre de la NTA de Plaine-Lauzun depuis ces derniers jours demeure l’empressement des propriétaires-fraudeurs, détenant de fausses déclarations, de tenter de régulariser leur situation. « Ce sont ces propriétaires de voitures qui sont à la source de ces problèmes. Ils croient pouvoir obtenir des amendements à leurs fausses déclarations à la NTA. Ce n’est pas possible, car la fraude a bel et bien été commise. Dans la conjoncture, ce n’est nullement possible et ils perdent leur temps tout en gênant le travail au Fitness Centre », fait-on comprendre à la NTA dans une tentative de désamorcer la crise, qui se répète chaque jour.
Du côté de la CID Metropolitan Nord, les indications sont que, d’ici la mi-février, tout le personnel technique de la NTA devrait se retrouver en situation compromettante dans cette enquête. A ce jour, six officiels de la NTA ont été arrêtés et inculpés provisoirement de “Conspiracy to Commit Forgery”, de nouvelles arrestations étant annoncées pour la fin de la semaine.
Depuis le démarrage de l’enquête menée par l’ASP Hector Tuyau, les langues se délient et les lettres de dénonciations de ce réseau de fraude et de corruption à la NTA se multiplient. La dernière en date, adressée aux ministres de tutelle et de la Bonne gouvernance, soit Nando Bodha et Roshi Bhadain, est extrêmement bien documentée sur le système « graiss lapatte ». « Dites-vous bien qu’ils sont tous impliqués. Le pire des deux Fitness Centres, celui de Plaine-Lauzun, atteint le paroxysme de la corruption et de la décadence. Faites votre calcul : ils accueillent 500 véhicules par jour, excluant les neuves. Pour chaque véhicule, ils prennent un pot-de-vin minimum de Rs 100 pour vous laisser passer sans encombre », font comprendre les dénonciateurs.
Un autre tarif applicable pour les voitures, qui ne se présente pas au Fitness Centre. Le montant réclamé est de Rs 1 500 par véhicule. La lettre de dénonciations, adressées aux ministres et également à l’Independent Commission against Corruption (ICAC), dresse une liste des voitures dans la catégorie privilégiée avec dates de paiement et numéros de véhicules. Pour éviter toute sanction en cas de retard, une enveloppe avec un minimum de Rs 100 devrait faire l’affaire. Comme on le sait, le tarif moyen pour rabaisser la puissance du moteur sur le “Horse Power” pour payer des montants inférieurs au titre de la déclaration et des frais d’enregistrements, est de Rs 5 000.
Plus grave est cette dénonciation au chapitre des voitures volées. « Pour les voitures dont les numéros de châssis ont été volontairement effacés, comme dans le cas des voitures volées, ils vous délivrent les documents permettant le réenregistrement avec un autre numéro d’immatriculation : cela coûte au minimum Rs 8 000 », ajoutent ces spécialistes dans cette correspondance avec des détails des plus accablants. « Même certains concessionnaires de voitures et de motos sont impliqués. Ils remplissent eux-mêmes les Vehicle Particulars Form et les Examiners ne font que les signer sans vérifier les véhicules, qui ne viendront pas au centre de Fitness. Ce service est facturé à minimum Rs 600. »