Hard Day’s Night a survolé le championnat des 4-ans, un des ses objectifs cette saison. Déjà assuré du titre, il n’a laissé aucune chance à ses adversaires dans la troisième et dernière levée, en l’emportant avec la manière. Avec 17 points, il relègue son dauphin, Executive Power, à dix points et succède à son compagnon d’entraînement M L Jet au palmarès. Cerise sur le gâteau, l’élève de Rameshwar Gujadhur passe en tête au classement des chevaux avec Rs 1 012 500 ramenées à ses propriétaires jusqu’ici cette saison. Hard Day’s Night a éclipsé les retours victorieux des jockeys Robert Khathi et Jeanot Bardottier. Le Sud-Africain, privé de compétition pendant trois semaines pour cause de blessure, s’est offert un doublé par l’entremise de Burg et Logan. Quant au Mauricien, il a fait mouche dès sa première monte en menant à la victoire Aficionado, permettant à l’entraînement Daby de respirer un bon coup.
Si au niveau du handicap il était nettement avantagé, Hard Day’s Night avait contre lui la distance, car c’est la première fois qu’il s’aventurait au-delà du mile dans sa carrière. Mais le fils de Warm White Night balaya tous les doutes qui subsistaient quant à sa tenue en l’emportant dans un fauteuil. Son entourage pense désormais à le rallonger et une participation au Golden Trophy le mois prochain est même envisagée.
Paladin se montra le plus prompt à l’ouverture des boîtes de départ, mais sollicité par Girish Goomany, Hard Day’s Night conserva l’avantage de la corde. Pris de vitesse, Kemal Kavur se mit aussi de la partie et après avoir eu à “travailler”, arracha le commandement à Hard Day’s Night au sortir du virage pour la première fois. Steven Arnold plaça Paladin en one-off d’Orange Tractor, tandis que les deux chevaux de Vincent Allet, New Hampshire et Netflix, fermaient le cortège.
Kemal Kavur lança la course sur des bases élevées. Il ne fallait pas chercher loin pour comprendre que du côté de la casaque bleu électrique et écharpe rouge, on voulait jouer la carte de la tenue. Mais ce qu’on avait peut-être occulté, c’est que Hard Day’s Night est aussi un galloper et la physionomie de course, telle quelle, ne pouvait que l’avantager. On remarqua qu’il étendait librement ses longues foulées dans le dos de l’animateur et Girish Goomany n’en demandait pas mieux.
À l’avant, Kemal Kavur menait tambour battant. Si Orange Tractor et Paladin restaient à distance respectable, les deux chevaux de Vincent Allet peinaient à suivre le rythme. Sachant que la monture de Cédric Ségeon n’aurait pas pu poursuivre sur le même tempo, Girish Goomany décala Hard Day’s Night, qui commença son effort au bas de la descente. Il accrocha sérieusement Kemal Kavur au passage de la route avant de le déposer avec une aisance déconcertante. On chercha des yeux Paladin, qu’on vit constamment perdre du terrain. On apprendra par la suite qu’il avait saigné.
Hard Day’s Night aborda la dernière ligne droite avec une belle marge de manoeuvre. Seul Orange Tractor se mit à sa poursuite, alors que la messe était déjà dite pour les autres. Bien accompagné par son cavalier, Hard Day’s Night étendit ses longues foulées sans pour autant changer de vitesse. Il poursuivit sur le même rythme pour rallier le but en vainqueur. Orange Tractor, son dauphin, se retrouva à plus de 2L, tandis que Kemal Kavur se fit remonter par Netflix et New Hampshire pour ne précéder que Paladin, que Steven Arnold avait cessé de monter depuis les 450m. Hard Day’s Night boucla les 1850m dans le bon temps de 1.54.47.