Le repas du samedi soir est un rituel pour la famille Casse. Au menu : un plat au pain préparé par Stella Casse. Cette dernière essaie de proposer un plat différent à chaque fois. En matière culinaire, elle se réjouit d’avoir un Chef à la maison en la personne de son fils aîné, qui suit des cours actuellement à l’École hôtelière.
Contrairement aux autres samedis, la préparation du dîner a pris un peu plus de temps. Stella Casse devait livrer des bouquets pour un mariage. Elle s’en est occupée chaque soir en rentrant de son travail. Elle est Discipline Mistress dans une institution secondaire pour filles à Quatre-Bornes. La commande venant de l’étranger, elle devait tout finaliser pour que le colis puisse partir samedi.
La maisonnée était tranquille à notre arrivée. Nous faisons la connaissance d’Arnaud, qui revient tout juste de son stage en Australie. Étudiant à l’École hôtelière, il prépare un diploma en Hospitality Management and Culinary Art. Le cadet de la famille, Alexis, fréquente l’Université de Technologie pour obtenir un degré en mathématiques. La benjamine de la famille, Sarah, étudie au collège Lorette de Quatre-Bornes. Le chef de famille est absent, ayant été pris par un autre engagement.
Stella Casse est obligée d’exercer un part-time job pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille et assurer les études des enfants. Son époux ne peut travailler et touche une pension car il souffre de thalassémie. C’est au prix d’énormes sacrifices qu’Arnaud a pu suivre son stage de six mois en Australie. Ce dernier regrette de ne pouvoir travailler pour aider ses parents. Alexis a bien essayé, mais ses parents se sont rendu compte qu’ils ont dépensé plus en l’envoyant travailler, compte tenu du salaire qu’il avait obtenu. La famille est sceptique lorsqu’ils entendent les politiciens en campagne électorale affirmer qu’ils instaureront le salaire minimum et parler de minimum vital pour une famille. Les grandes annonces pour le combat contre la fraude et de la corruption font également rigoler tout le monde.