Fashionista, premier salon dédié au secteur de la mode, des cosmétiques, du spa et de la beauté, a ouvert ses portes les 29 et 30 novembre au Freeport à Mer Rouge. L’occasion pour le visiteur de découvrir sous un seul toit de nouvelles collections de boutiques et de créateurs mais aussi des marques de cosmétiques émergentes ou classiques et bénéficier de conseils. Le salon organisé pour soutenir l’association Link to Life — qui lutte contre le cancer du sein — était rythmé de défilés. Par ailleurs, Mickael Kra, créateur de bijoux de renommée internationale, était aussi au rendez-vous de cet événement organisé par E-Prod Target.
Si le Salon de la mode et des cosmétiques n’a pas attiré grand monde vendredi à cause du temps pluvieux, en revanche samedi, les visiteurs étaient venus nombreux. La première édition de Fashionista a ainsi été une réussite et aurait accueilli, selon les organisateurs environ, 19 000 visiteurs. «Les exposants sont satisfaits. C’était une première édition avec quelques lacunes, mais en gros c’était bien. Le samedi avec le beau temps, le public était au rendez-vous. On déplore par contre l’absence de designers locaux», nous dit Yasin Denmamode de E-Prod Target.
Les cosmétiques étaient à l’honneur pour cette première édition. Tous les domaines étaient concernés: soins, maquillages, produits capillaires et corporels, crèmes anti-âge, etc. Nous avons eu l’occasion de découvrir la présence de marques de cosmétiques naturels, de plus en plus reconnus comme une alternative à la cosmétique conventionnelle. Parmi celles-ci citons les marques Trésor d’Orient et Belle d’Orient, des gammes qui mettent en avant la biodiversité marocaine composée de matières telles que l’huile d’argan, le savon noir, le rhassoul, l’argile rouge ou blanche. Le salon a aussi accueilli des produits ayurvédiques comme Calix herbal, Vedic Line. Ainsi que ceux issus de la boue et minéraux de la mer morte: gamme de maquillage Issa ou les cosmétiques Ein Gedi.
En ce qui concerne les ingrédients, plusieurs nouveautés ont également attiré le l’intérêt des visiteurs: la marque française Vellino utilise dans les composants de ses produits des extraits de concombre, de gel d’Aloe vera, de margousier (neem), de poivre noir, de clou de girofle et de pamplemousse, Tea Tree, de la réglisse, etc. En plus de sa ligne de différentes marques de cosmétiques en provenance de d’Angleterre, The Body Boutique a présenté aussi de nombreux produits comme « Bathique », marque provenant d’Amsterdam ainsi qu’une ligne de maquillage « Star Gazer » et des savons artisanaux de luxe. Des démonstrations de maquillage étaient aussi au programme de cette première édition du Salon de la mode et des cosmétiques. Et parmi les créations vestimentaires, Pastelle ainsi que Chic Boutique (spécialisée dans les tenues vestimentaires pour les rondes) ont présenté leur nouvelle collection lors d’un défilé de mode samedi soir. Couleurs flashy, motifs floraux ou léopard ont été présentés comme étant les tendances de la saison estivale.
Lors de la soirée du samedi, des exposants et certains designers ont gracieusement offert à la vente quelques-unes de leurs tenues et dont l’intégralité de la somme sera reversée à Link to Life. La vente aux enchères proposait aussi une parure d’un designer de renom, célèbre pour ses bijoux et ses accessoires. En effet, Mickael Kra est un grand habitué des rendez-vous de la mode dans le monde. À Maurice, le designer d’origine ivoirienne était l’invité d’honneur du Salon de la mode et des cosmétiques.  «Je suis venu soutenir l’action de ces jeunes qui ont organisé cet événement et qui s’impliquent à faire connaître la mode». Pour cela, il met à la vente une de ces créations, une parure qui comprend des boucles-d’oreilles et un collier en fil d’argent torsadé avec des pierres de lave. «Je me suis inspiré de l’Afrique de l’ouest ainsi que de Maurice pour ses pierres de laves. L’ensemble sera mis aux enchères, au coût de 3000 euros et l’argent récolté sera reversé à Link to Life», nous a-t-il dit. Parmi les salons auxquels Mickael Kra a participé notons « Black Fashion week » à Paris, le FIMA (Festival International de la Mode Africaine) à Niamey au Niger en tant que président du jury des jeunes créateurs de mode.  Il est aussi membre fondateur de la Fédération Africaine des créateurs de mode créee depuis 1993 à Accra au Ghana.
Mickael Kra est connu pour ses bijoux et accessoires haut de gamme (en argent, pâte de verre, cristal, bauxite, terre cuite, corail et une orfeverie delicate, fine, souple et fluide) mais aussi en tant qu’artiste qui donne beaucoup de temps aux causes humanitaires quand il s’agit de promouvoir et de préserver le patrimoine culturel de l’Afrique.
Créateur de bijoux et d’accessoires, il a sublimé les plus belles tops models blacks du monde. Sa dernière muse fut la regrettée Katoucha (ex égérie d’Yves St-Laurent d’origine guinéenne, retrouvée morte noyée en 2008) qu’il a habillée en bijoux maintes fois pour la maison Yves Saint Laurent. Il a collaboré avec les plus grandes maisons de haute couture parisiennes comme Louis Feraud, Pierre Balmain, Renee Mancini, Alphadi.
Il redessine et réinvente l’esthétique de l’Afrique avec des compositions dont les formes, matériaux, tissus, tableaux qui subliment le corps et l’ame du continent. Véritable légende vivante, il a côtoyé les plus grands noms de la mode et a fait découvrir une Afrique contemporaine dans le vent « qui continue encore d’influencer aujourd’hui les standards de la beauté internationale « .
En collaborant avec les grandes maisons de haute couture telles que Yves Saint Laurent, Pierre Balmain, Jean Louis Scherrer ou Renee Mancini pour les chaussures, il a réussi à s’imposer dans la création de bijoux et d’accessoires, toujours en s’inspirant du continent africain. En 2010, Mickael Kra reçoit la distinction du meilleur créateur accessoires aux Afrikan Fashion Awards.