La fatigue et les accidents de la route sont une question de santé publique très sérieuse. Le corps humain a besoin de repos et réclame ses droits à n’importe quel moment. Il est important de s’allouer entre 7.5 et 8 heures de sommeil par jour et de planifier ses sorties.
Sous-estimer les risques liés à la fatigue et céder aux chants de sirènes des sorties nocturnes non planifiées, des films que nous regardons jusqu’à fort tard la nuit contribuent à une dette de sommeil qui se manifeste tôt ou tard sans crier gare.
Un conducteur qui fait un micro sommeil de 4 secondes à une vitesse de 110 km/h perd le contrôle de son véhicule sur une distance de plus de 110 mètres. Une bonne hygiène de vie est donc nécessaire pour mieux se protéger.
Les heures les plus critiques sont : entre 13h et 16h et entre 1h et 5 h du matin.
Selon une étude australienne, 75% des conducteurs et motards impliqués dans des accidents reliés à la fatigue sont des hommes âgés entre 17 et 24 ans. Est-ce parce que ces derniers ont tendance à défier leur limites ?
Les signes de fatigue sont indiquées par des bâillements fréquents, la raideur du cou, les pensées qui voyagent et autres baisses de réflexe.Il est conseillé dans ces cas de céder la place à un autre chauffeur, de faire une pause café (sachant toutefois que le café n’est qu’une solution à court terme) ou de prendre un repos.
Le plus important c’est la planification des sorties en fonction du repos sachant que 17 h d’éveil d’affilée ont le même effet qu’un “blood alcohol content”  de  0.05, alors que 21 heures sans sommeil équivalent à une concentration d’alcool de 0.15 !
Il n’est pas impossible de rester plus de 17h sans sommeil sans même le réaliser : imaginez une personne qui se réveille à 6h30 pour travailler;  il rentre chez lui à 17 h puis il sort encore la nuit en véhicule motorisé pour rentrer chez lui après 23h30 le même jour.
Il arrive souvent, surtout en week-end, que les jeunes noctambules rentrent beaucoup plus tard, voire le lendemain matin ! Rien de mal mais il faut penser à planifier son sommeil en fonction de sa sortie lorsqu’on conduit un vehicule motorisé.
La vie n’a pas de prix; la protéger, plus qu’un défi, est, sur la route, un devoir sacré.
Pour bien conduire nous devrions au préalable apprendre à bien dormir afin que nous soyons éveillés en vue d’éviter les collisions.