Un insectarium, comptant environ 200 espèces d’insectes venant de Maurice et d’ailleurs, dont des papillons colorés, des scarabées, des abeilles, des papillons de nuit et des guêpes, a été inauguré hier après-midi par le ministre des Arts et de la Culture, Shantaram Baboo. Ce, pour marquer la Journée internationale des Musées qui est célébrée le 18 mai dans le monde entier depuis 1977.
« Sans les insectes, les humains auraient moins de variétés de nourriture à leur disposition et devraient lutter pour survivre », a rappelé Shantaram Baboo. Les insectes, dit-il, sont de grands gestionnaires de déchets et de cadavres d’animaux. « Ils ont aussi inspiré les avancées technologiques telles que dans le domaine de panneaux solaires, créés à partir des modèles d’ailes de papillon, par exemple. Le monde compterait autour d’un million d’espèces d’insectes ». Selon lui, le musée moderne évolue constamment. « La croissance des collections est inévitable et l’utilisation du système d’information devrait être contemplée pour un accès en ligne du public et aussi pour des programmes éducatifs », a souligné le ministre, qui a rappelé que les collections d’histoire naturelle font face au même sort que le dodo ou encore le pigeon passager et autres animaux disparus.
Le ministre ajoute que les musées ont un rôle important à jouer dans le développement national. Ils sont liés aux peuples et « c’est pour cette raison que nous devons être innovateurs et créatifs ». « Le board du Mauritius Museums Council sera reconstitué bientôt. Sa première tâche sera de proposer une série de guidelines pour la gestion des collections, préparer un inventaire des objets culturels au niveau national et rendre nos musées indépendants ». Shantaram Baboo indique que les lois sur les musées seront modernisées pour les rendre compatibles à la technologie informatique, le droit d’auteur et la gestion de l’héritage. Les visiteurs des musées, dit-il, sont plus curieux et exigeants maintenant. De ce fait, ces derniers devraient subir un changement fondamental en mettant l’accent sur des forces commerciales. « Les musées sont des lieux de rencontre par excellence pour lutter contre les maux de la société ; ils ne peuvent être statiques, ils doivent être dynamiques sur tous les fronts », a conclu le ministre.