Le magistrat Azam Neerooa, siégeant en Cour intermédiaire, a reconnu un certain Umarduth Bissessur coupable d’avoir donné une fausse déclaration à l’ICAC, contre le directeur de la compagnie SMS Pariaz, Jean-Michel Lee Shim, en violation de l’article 49 de la Prevention of Corruption Act (POCA). Umarduth Bissessur avait donné une déclaration à l’ICAC le 15 février 2011, dans laquelle il allègue que Jean-Michel Lee Shim lui aurait donné une somme de Rs 25 000 pour qu’il la remette à un journaliste de la Mauritius Broadcasting corporation (MBC), afin que ce dernier fasse la promotion de SMS Pariaz sur les antennes de la télévision nationale. Toutefois, le 3 mars 2011, Umarduth Bissessur a dû soutenir que sa première déclaration était « une pure invention » de sa part. Il a expliqué à cet effet qu’il avait agi dans un moment de colère, car Jean-Michel Lee Shim l’avait licencié de SMS Pariaz. De ce fait, le magistrat Azam Neerooa a statué que, de par les preuves présentées en cour, Umarduth Bissessur avait « délibérément » avancé ses fausses déclarations à l’ICAC pour incriminer injustement le directeur de SMS Pariaz. Le magistrat a aussi pris en considération les aveux de l’ex-employé de SMS Pariaz Ltd avant de rendre son verdict de culpabilité. Umarduth Bissessur sera fixé sur son sort le 19 octobre.