Les enquêteurs de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ont effectué deux descentes au National Productivity and Competitiveness Council (NPCC), à Ébène, en l’espace de quelques jours pour rechercher des informations au sujet du recrutement d’une Productivity Executive l’année dernière au sein de cet organisme d’Etat. En effet, une lettre anonyme a été adressée aux hommes de Navin Beekarry, où il est allégué que la principale intéressée aurait été « favorisée » lors de ce recrutement avec un de ses proches siégeant sur le conseil d’administration.

D’après les renseignements recueillis, bien qu’elle ait les qualifications requises, elle aurait été favorisée en raison de ses relations « familiales ». Il est ainsi allégué que ce poste a été taillé sur mesure pour qu’elle y accède avec la bénédiction du « tonton ».

Toutefois avec la pression grandissante depuis qu’elle occupe ce poste ainsi que des clashs avec la direction, la « nièce » avait soumis sa démission vers la fin de l’année dernière en indiquant qu’elle était harcelée sur son lieu de travail. On laisse entendre que le responsable des ressources humaines du NPCC avait bel et bien agréé le préavis de démission de la Productivity Executive mais que le conseil d’administration n’a pas accepté sa démarche. Selon les informations qui transpirent au NPCC, la « nièce » a été sommée d’expliquer les raisons derrière sa tentative de démissionner. Les explications fournies n’ont pas convaincu le conseil d’administration sur lequel siège le « tonton » en question et la Productivity Executive. Selon nos sources, plusieurs documents ont été saisis lors d’une descente des enquêteurs de l’ICAC au NPCC.
À ce stade, on laisse entendre que le président et d’autres membres de ce conseil sont dans le viseur des enquêteurs et seront bientôt entendus. Affaire à suivre…