• « Nous militerons contre la pauvreté et l’injustice quel que soit le gouvernement au pouvoir », lance-t-il

Jocelyn Grégoire a dissipé hier tout malentendu autour de son éventuel engagement politique ou de son soutien à un parti politique, et ce en donnant la garantie qu’il n’a « aucune intention » de se lancer dans la politique active. « Se pa zordi ki mo pou kit soutann pret pou al fer politik », a-t-il lancé dès le début de son intervention hier à l’auditorium Octave Wiehé, à Réduit, où le FCM avait organisé un rassemblement afin de célébrer le 12e anniversaire de sa création.

Cette manifestation avait bénéficié de la participation de plusieurs orateurs représentatifs de l’Arc-En-Ciel et a été ponctuée par des ségas, des chants et des cantiques, dont la plupart composés par le père Jocelyn Grégoire. D’emblée, ce dernier, qui vient de célébrer ses 33 ans de sacerdoce, a affirmé que, quitte à se répéter, il n’a « aucune intention de rendre sa soutane pour faire de la politique ». Il poursuit : « Mo soutann kol ar mo lapo avek lakol Pattex. Mo pena okenn lider politik ni program politik. Mo lider se Zezi Kris e mo program politik se levanzil. »

Il a de même cité les Béatitudes selon St-Mathieu et St-Luc qui affirment « heureux les pauvres le royaume de Dieu est à eux » ou encore « heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux ». Il a, par conséquent, expliqué avoir pris une option préférentielle pour les pauvres en affirmant que la pauvreté n’a pas de couleur, pas de communauté ou de religion. « Le FCM aide tous ceux qui n’ont pas de voix pour se faire entendre », a-t-il dit.

Le père Jocelyn Grégoire a ensuite souligné les différentes étapes de son parcours commencé en 1994 par une libération spirituelle suivie d’une libération éducative. Il a soutenu que la création du FCM « a permis de fédérer toutes les forces vives créoles qui jusque-là travaillaient en isolation ». Jocelyn Grégoire s’est dit de même « satisfait » que le travail abattu par le FCM et ses partenaires ait donné des « résultats positifs sur plusieurs fronts ».

Il ajoute : « Ainsi aujourd’hui la langue kreol est reconnue dans le pays et dans les écoles. L’Equal Opportunity Act a été proclamée et une Equal Opportunity Commission fonctionne. Il y a un peu plus de créoles employés dans la Fonction publique. Il y a encore du progrès à faire. De plus en plus d’élèves créoles figurent désormais parmi les boursiers de l’État. De plus, aujourd’hui, le créole est une identité reconnue de tous et il travaille en toute fraternité avec les blancs, hindous, musulmans, entre autres, dans le cadre du mauricianisme. »

Le prêtre a aussi évoqué les projets d’infrastructure réalisés dans les quartiers les plus démunis. Il indique que le FCM poursuivra son travail dans la promotion de la formation professionnelle « afin de valoriser des métiers ». Le père Grégoire s’est également réjoui que le FCM dispose désormais d’un bureau, mis à sa disposition par un bienfaiteur, où ceux qui sont dans le besoin peuvent recevoir de l’aide et des conseils. Il a ensuite conclu en insistant sur le fait qu’il continuera sa lutte contre la pauvreté et l’injustice « quel que soit le gouvernement au pouvoir ». Un gâteau d’anniversaire a été coupé à l’issue de la cérémonie.