« Nou pa’nn trouv okenn desizion lor lavenir bann travayer dan sekter transpor ». Le président de la Federation of Civil Service & Other Unions (FCSOU), Narendranath Gopee, s’est dit inquiet de l’avenir des travailleurs du secteur du transport lors d’une conférence de presse ce jeudi 20 juin. La raison : la mise en opération du métro express, annoncée pour septembre.

Le flou persiste sur l’avenir des travailleurs de ce secteur, le président de la FCSOU regrettant « l’absence de mesures » dans le Budget 2019/2020. Il craint « un chômage massif ».

Il explique qu’il aurait fallu consulter le ministre de Nando Bodha afin « d’aligner les décisions » du gouvernement aux attentes des travailleurs.

Pour lui, le ministre des Infrastructures publiques doit « s’expliquer » sur les projets et les décisions concernant l’avenir des travailleurs de ce secteur. « Quelles sont ses mesures et sa vision afin d’amortir ce choc », a-t-il demandé.

Privatisation d’AML? 

Narendranath Gopee a, en outre, évoqué la vente des parts entre Air Mauritius (MK) et Airports of Mauritius Ltd (AML). Il s’interroge sur l’objectif de cette manoeuvre et soupçonne une « tentative de privatisation déguisée orchestrée par des officiers venant de Lakwizinn ». 

Il explique qu’Aéroports de Paris, qui détient 20% de parts d’ATOL, pourrait bientôt « reprendre AML ». Ce qui, selon lui, n’est « qu’un début vers la privatisation d’AML ».

De plus, il soupçonne qu’un cadre a été « posté à Maurice » pour « faciliter » ces transactions. « Il y a des personnes dangereuses sur le board d’AML qui ne pensent pas au pays, mais à leurs propres intérêts ». 

Il est d’avis que si rien n’est fait rapidement, « dans 10 ans AML n’existera plus ».