Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), estime qu’il y a « une grande attente au niveau des fonctionnaires » tout en précisant que « le PRB a mis un doute dans leur tête ».
« On était convaincu que le PRB n’allait pas soumettre son rapport, mais on déplore son attitude car il n’a pas contacté les fédérations pour leur faire part du renvoi au 31 mars 2016 », a déclaré Narendranath Gopee. Selon lui, le PRB aurait dû faire appel aux fédérations, et ce en présence du ministère de la Fonction publique. « PRB finn bril tou letap pou bann rezon nou pa kone. Nou finn mem dan direksyon federasyon ekrir Service civil pou demann enn propozisyon fer par PRB pou ki ena transparans. » Suite à cela, le président de la FCSOU indique que le ministère a répondu que : « PRB ki konserne, pa minister fonksion piblik. » Et de poursuivre que le rapport de 2012 met en phase la proposition du management « tout en délaissant les propositions mises en avant par les syndicats ». Arborant le volet de la retraite à 65 ans, Narendranath Gopee estime « important que le ministère prenne ses responsabilités » face aux fonctionnaires. « En 2008, il y a eu une modification de l’âge de la retraite, une décision unilatérale du PRB guidée par le ministère du Service civil. C’est arrivé comme une surprise, mais nous objectons contre l’extension de la retraite à 65 ans et demandons qu’elle soit maintenue à 60 ans, avec option pour ceux qui veulent travailler jusqu’à 65 ans. » Dans la même optique, il dit se demander si le rapport du PRB sortira en mars. « À chaque rapport qui est produit, tout change. Il y a aussi un changement drastique des conditions de services. Le changement est une grande complication pour le recrutement et les promotions dans la fonction publique. » Il dira que le PRB de 2013-2016 opère « de la même manière » que celui de 1987 : « Nou demann nou eski pou ena vreman enn transformasyon Service civil. Le plus important, c’est que le PRB aurait dû avoir des discussions avec les fédérations en ce qui concerne le salaire minimal, qui aurait dû tourner autour de Rs 15 000. » Autre aspect évoqué : « Le biometric ki finn fer dega dan minister. » Il explique : « Pa kapav fors bann ofisie donn lanprint dijital. Bizin ena enn password ek enn kod pou not zot prezans. »