Prévue le 24 mai dernier, l’élection du nouveau président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) a été reportée à la suite d’une demande d’injonction logée en Cour par le président de la Government Teachers’ Union (GTU), Jugduth (Vinod) Seegum. Des onze candidatures à la présidence de la FCSOU, sept ont été rejetées, dont celle de ce dernier. Outre ces rejets, « pour des raisons farfelues », M. Seegum conteste par ailleurs la candidature de Narendranath Gopee qui a été mêlé, dit-il, à plusieurs cases à la police. II compte adresser une plainte en ce sens au Registrar of Associations.
« Dans le passé, jamais n’a-t-on rejeté des candidatures. C’est la première fois qu’il y a un tel acte de mesquinerie ! » s’insurge Vinod Seegum. D’autant que les raisons de ces rejets sont, juge-t-il, « farfelues », notamment pour « oubli de signature ou de date ou encore d’adresse ». D’où sa demande d’injonction en Cour. « Le juge a ordonné de renvoyer les élections et le jugement est attendu d’un moment à l’autre ».
Le président de la GTU fait valoir que d’après les règlements de la FCSOU, « si un tiers des affiliés signe une pétition, une assemblée spéciale sera convoquée pour se pencher sur le problème ». Or, selon M. Seegum, plus de 25 syndicats sur 75 ont signé, soit plus d’un tiers. Dans la pétition, les signataires demandent une discussion sur les candidatures qui ont été rejetées – s’il faut les reconsidérer et d’autre part si la FCSOU doit relancer un appel à candidatures. Le hic, allègue M. Seegum, c’est que le président sortant, Toolsyraj Benydin, « est en train de convaincre ceux qui ont signé la pétition d’enlever leur signature ». Il dit ne pas comprendre un tel acte alors que Benydin « quitte la fédération ». « C’est un jour noir pour le syndicalisme. Quelqu’un qui a été à la tête du syndicat à Maurice vient à l’encontre des règlements que lui-même a établis. Le syndicalisme à Maurice est tellement divisé que l’on ne peut avancer ».
Dans sa plainte qu’il adressera au Registrar of Associations, Vinod Seegum conteste la candidature de Narendranath Gopee, ce dernier, soutient-il, comptant plusieurs police cases dont une récente amende de Rs 500 qui lui a été infligée pour avoir insulté un policier dans l’exercice de ses fonctions. Par ailleurs, écrit-il dans la plainte, « he has made serious allegations on the private life of the director of the MES. He is presently being sued criminally and is on bail ».