Les investissements directs étrangers (Foreign Direct Investment) pour le premier semestre de cette année sont estimés par la Banque de Maurice à Rs 3,4 milliards. Ce sont les secteurs de la construction et de l’immobilier qui ont intéressé le plus les investisseurs étrangers, indiquent les données publiées hier par la Banque centrale.
Maurice a attiré un montant de Foreign Direct Investment (FDI) de l’ordre de Rs 2 milliards au cours du deuxième trimestre de l’année portant à Rs 3,4 milliards le montant total pour la période janvier-juin. Ce dernier montant est très inférieur à celui enregistré pour la même période de 2010, soit environ Rs 8,2 milliards, mais comme l’a fait ressortir le gouverneur de la Banque de Maurice (BoM) à sa conférence de presse hier, il y a eu des investissements conséquents mais qualifiés de one-off qui ont été faits l’année dernière, notamment dans le domaine de la santé et des services financiers.
Pour les six premiers mois de 2011, le secteur de la construction a attiré des investissements de Rs 1,3 milliard, un montant qui se révèle légèrement supérieur à celui enregistré pour toute l’année 2010 (un peu moins de Rs 1,3 milliard). L’immobilier a recueilli Rs 1,2 milliard dont Rs 609 millions allant dans des projets d’Integrated Resort Scheme (IRS) et de Real Estate Scheme (RES). On note aussi des investissements de Rs 286 millions et Rs 268 millions dans les secteurs des services financiers et de l’hôtellerie/restauration respectivement.
Au niveau des sources du FDI pour le premier semestre, ce sont les États-Unis qui arrivent en tête avec Rs 1,5 milliard. Si la tendance se maintient pour le reste de cette année, les investissements directs américains pourraient dépasser le montant total enregistré en 2007 (Rs 2,4 milliards). Derrière les États-Unis, on retrouve la France avec Rs 595 millions, l’Afrique du Sud (Rs 301 millions), les Émirats arabes unis (Rs 219 millions) et le Royaume Uni (Rs 115 millions). Les investissements directs de la Chine et de l’Inde n’ont atteint que Rs 64 millions et Rs 44 millions respectivement en six mois.
Pour ce qui est des investissements directs faits par les entreprises mauriciennes à l’étranger au cours du même semestre, la valeur a été légèrement supérieur à Rs 1,1 milliard. Les secteurs de l’agriculture (Rs 447 millions), des services financiers (Rs 251 millions) et de l’hôtellerie/restauration (Rs 240 millions) ont été les plus ciblés par les investisseurs locaux. S’agissant du secteur agricole, jamais un montant pareil n’a été signalé ces dernières années. Il apparaît que c’est le Mozambique qui a été le principal bénéficiaire du FDI mauricien car, selon la BoM, ce pays a attiré un montant total de Rs 586 millions pour les premiers six mois de 2011.
Le Mozambique précède La Réunion (Rs 64 millions), la Thaïlande (Rs 48 millions), Madagascar (Rs 40 millions) et la France (Rs 31 millions). 
Pour l’ensemble de 2010, les investissements directs faits à partir de Maurice ont atteint Rs 4 milliards. Le gouverneur de la BoM a argué hier que le pays ne dépend pas seulement du FDI pour financer le déficit des comptes courants de la balance des paiements. Les apports en termes de prêts et subventions obtenus de l’étranger, des investissements dans des portefeuilles et des emprunts contractés par des institutions sont aussi comptabilisés. « On ne doit pas s’alarmer de la baisse du FDI », a déclaré Manou Bheenick. Selon lui, il y aura reprise des investissements directs étrangers même si on attend à ce que le niveau ne soit pas aussi conséquent comme par le passé.