Maurice s’est maintenu largement en tête des pays fournisseurs d’investissements directs étrangers (Foreign Direct Investments) en Inde pour les sept premiers mois de l’exercice financier 2012-2013 (avril-octobre 2012). Le montant de FDI en provenance du pays s’est élevé à US$ 6,75 milliards sur un total de US$ 14,8 milliards.
Selon des données recueillies par le ministère indien de l’Industrie et reproduit par la presse de la Grande péninsule, la période avril-octobre 2012 a été marquée par une baisse de 27 % du flux de FDI en Inde, soit US$ 14,78 milliards contre US$ 20,29 milliards pour la période correspondante de la précédente année financière. Maurice occupe la tête des pays sources de FDI avec un montant de US$ 6,7 milliards, précédant le Japon (US$ 1,5 milliard), Singapour (US$ 1,2 milliard), les Pays-Bas (US$ 1 milliard) et le Royaume-Uni (611 millions). Ces données proviennent du Department of Industrial Policy & Promotion.
Les chiffres officiels indiquent que le secteur des services a enregistré une progression de seulement 5 % de son FDI sur la période avril-octobre 2012, la valeur totale des investissements atteignant US$ 3,6 milliards. Sur la même période de 2011, le secteur des services financiers et non-financiers avait attiré US$ 3,4 milliards de FDI. Pour ce qui est des performances des autres secteurs de l’économie indienne, on remarque que l’hôtellerie et le tourisme a attiré US$ 3,1 milliards, la métallurgie US$ 1,2 milliard, l’automobile US$ 743 million et la construction US$ 691 millions.
« In 2011-12, foreign investment in the services sector, which contributes over 50 per cent in India’s GDP, rose to $ 5.21 billion from $ 3.29 billion in 2010-11 », annonce la presse indienne. Le ministère de l’Industrie affirme que le gouvernement indien déploie des efforts soutenus pour rendre le cadre d’investissement direct plus attrayant et n’hésite pas à impliquer les acteurs de divers secteurs de l’économie dans la formulation de politiques appropriées. Les autorités indiennes ont donné le feu vert au FDI dans le secteur du commerce de détail tout en imposant une limite de 100 % dans une seule marque.
« Foreign investments are considered crucial for India, which needs around $1 trillion in the next five years to overhaul its infrastructure sector such as ports, airports and highways to boost growth », fait-on ressortir. Toute baisse des investissements directs étrangers peut avoir des conséquences néfastes sur la balance des paiements du pays.