La subvention gouvernementale pour les frais d’examens a provoqué un nombre élevé de redoublants pour le HSC dans le secondaire d’État. On relève entre 40 à 50 inscrits en 3rd Year dans plusieurs National Colleges et les collèges régionaux d’État les plus en vue. Mais ces redoublants, une fois les formalités administratives complétées, se font rares à l’école. « Ils ne viennent pas ! La présence tourne autour de 10 % chaque jour », affirment plusieurs chefs d’établissements au Mauricien. Une situation que ces derniers qualifient « d’inacceptable » et le ministère, selon eux, en est au courant.
L’absence répétée des élèves de 3rd Year fait débat dans l’enceinte des collèges. Pour cause, seuls 10 % de présence quotidienne sont enregistrés. « Chez nous il y a une cinquantaine de repeaters de HSC sur le registre mais nous nous retrouvons avec seulement quatre à cinq élèves tous les jours et là aussi ce ne sont pas les mêmes qui viennent », déplore un enseignant. « Sur une classe de quarante-cinq élèves seulement cinq élèves sont présents aujourd’hui », témoigne en fin de matinée aujourd’hui un enseignant d’un collège de la capitale. Mais qui sont les plus réguliers?? « Ce sont les élèves ayant lourdement échoué et devant refaire complètement le programme d’études », renseigne un recteur. Mais ce n’est pas pour autant que ces cas particuliers sont présents cinq jours sur cinq. « Ils sont en classe à tour de rôle », poursuit-il.
Par ailleurs, nos interlocuteurs font remarquer que les élèves de Upper VI commencent généralement à s’absenter régulièrement dès le premier trimestre scolaire et, de ce fait, se disent sceptiques quant à l’assiduité de ceux en 3rd Year. « Je doute fort qu’ils aient envie subitement de venir s’asseoir en classe pendant toute la journée en 3rd Year d’autant qu’ils sont devenus beaucoup plus indépendants dans leurs mouvements », analyse l’un d’entre eux. Bon nombre de ces repeaters ont obtenu d’excellents résultats mais le ministère ne peut leur refuser une place aussi longtemps qu’ils respectent les critères d’admission.
Quelques élèves de 3rd Year figurant sur le registre des établissements réservés à l’élite confirment au Mauricien qu’ils ne vont pratiquement plus à l’école « depi enn pake zour ». Leurs parents n’ont reçu jusqu’ici aucun avertissement de la direction de l’école, ni par SMS, ni par courrier électronique et encore moins par La Poste. La réaction de ces jeunes n’est pas banale : « Ki pou al fer dan lekol enn lazourne?? Pena plan travay pour 3rd Year ! ».
Le ministère de l’Éducation est bien informé de la situation en 3rd Year dans ses écoles car les recteurs doivent soumettre à intervalle régulier un rapport sur la présence des élèves des Forms I à VI. Aux dires des chefs d’établissements et des enseignants, outre le problème d’absentéisme des élèves de HSC qui s’est aggravé au fil des années, cette situation comporte un coût. « Soyons honnêtes, il y a là un gros gaspillage de ressources financières et humaines?! » commente un recteur. On raconte que dans certains staffrooms des collègues se disputent des périodes pour la 3rd year alors qu’ils se retrouveront à coup sûr devant des classes désertes… « Ces profs seront bel et bien en classe mais n’auront rien à faire puisqu’il n’y a pas d’élèves. Mais ils auraient pu être utiles ailleurs au lieu de recruter des contractuels », propose un enseignant.
L’élève de 3rd Year, bien qu’il ne soit pas présent à l’école, a droit à un bus pass qui lui permet de voyager à tarif réduit à n’importe quel moment. Il bénéficiera aussi de la subvention gouvernementale pour les frais d’examens de HSC et en tant que school candidate peut, bien entendu, concourir pour une des bourses d’études offertes par l’État.