À l’initiative du cabinet d’audit et de conseil Grant Thornton, dix femmes entrepreneurs sont actuellement formées à la fabrication de produits en jute. Le but est de leur permettre d’acquérir les techniques et les compétences nécessaires pour améliorer la qualité de leurs produits.
Les femmes entrepreneurs assurent souvent seules la responsabilité de leur petite entreprise. C’est pour les soutenir et les aider à être plus efficaces que la firme Grant Thornton a décidé de leur offrir une formation de 16 semaines. Ce projet s’insère dans le cadre du programme international Every Day I Make A Difference (EDIMAD) de la firme qui vise à valoriser le capital humain.
Les bénéficiaires de la formation sont engagées dans le secteur de l’artisanat et ont une connaissance dans la fabrication de produits en jute ou en fibres naturelles. Grant Thornton a voulu leur permettre d’acquérir de nouvelles techniques pour améliorer la qualité de leurs produits, à les diversifier et à développer davantage leurs compétences.
Sacs à provision, couverture de carnet, dossier, sac à main, autant d’objets que les femmes entrepreneurs apprennent à réaliser en même temps que les techniques de coupe, d’assemblage et de décoration.
La formation qui est organisée avec collaboration de la National Women Entrepreneur Council (NWEC) englobe également la gestion et le bon fonctionnement de l’entreprise.
Raj Thacoor, Managing Partner de Grant Thornton, indique que « nous voulons aider les femmes entrepreneurs à réaliser leurs rêves. Pour cela, nous allons renforcer leurs chances de succès en leur inculquant un savoir-faire spécifique et le professionnalisme. »
Shakti Moti, l’Academic Head de la Grant Thornton Business School, a pour sa part animé un cours à l’intention des formateurs de la NWEC. « Le programme international EDIMAD vise à valoriser les compétences et les qualités de tout un chacun. En tant que formatrice, j’ai pensé qu’il était important de leur dispenser un cours en Financial Management Essentials, adapté aux entrepreneurs. Ils pourront par la suite transmettre ces connaissances aux femmes entrepreneurs », souligne-t-elle.