Cette année, la journée de la femme, célébrée le 8 mars, sera placée sous le signe du rejet de la violence. Un thème qui s’impose de lui-même à travers l’actualité. Durant le dernier week-end une seconde marche a réuni les proches des victimes et ceux qui réclament le respect des femmes.
“Les femmes sont l’avenir de l’homme”, rappelle Patricia Rose, la mère de Rachelle Rose assassinée par son ex-petit ami il y a quelques semaines. Sa tristesse, elle l’a transcendée afin de militer pour le respect des droits des femmes. Selon elle, c’est plus que jamais le moment d’agir afin que les femmes battues réalisent qu’elles ne doivent pas culpabiliser si elles subissent des maltraitances.
En hommage à sa fille, Patricia a décidé de se battre aux cotés de diverses organisations. “J’ai organisé ces deux marches à Port-Louis et Curepipe, car je pense qu’il ne faut pas rester les bras croisés. Ma fille est morte de façon brutale et sauvage. Est-ce que cela doit continuer ?”