Maurice connaîtra sa troisième saison de fermeture de la pêche à l’ourite du 15 août au 15 octobre. Celle-ci intervient durant la période de reproduction des poulpes, ce qui leur permettra de se repeupler et contribue à la préservation de l’espèce.

Ce projet regroupe la GEF Small Grants Programme, l’United Nations Development Programme et le Commissaire de la pêche de Rodrigues ainsi que le ministère de la pêche. Ce matin, des Ong, des pêcheurs et le ministre de la Pêche se sont réunis afin de faire le point sur la situation sur le terrain.

Révision de la loi

« L’objectif est aussi de faire des recommandations. D’ores et déjà nous constatons qu’il faut revoir la loi », a fait ressortir Pamela Bapoo-Dundoo, coordinatrice de la GEF. Ce qu’a également plaidé le Commissaire de la pêche de Rodrigues, Richard Payendee, en affirmant qu’il est « important que les lois soient revues à Maurice ». 

Le ministre de la Pêche Prem Koonjoo a en ce sens annoncé la révision de la loi en ce qui concerne la pêche à l’ourite afin de la « régulariser dans les meilleures conditions ».

Rodrigues un cran au-dessus

Pour la campagne en amont de la fermeture, des réunions ont eu lieu à travers l’île avec la collaboration des Ong et du GEF Small Grants Programme de l’UNDP. Le but étant de sensibiliser les pêcheurs.

Le ministre de la Pêche a déclaré que la récolte avait été « en baisse durant plusieurs années », mais qu’avec cette nouvelle pratique « des progrès sont constatés ». Et d’ajouter: « Nos lagons dépérissent, nos poissons diminuent et pour faire bouger les choses aujourd’hui ce n’est pas facile. Maintenant nous comptons jusqu’à 27 à 39 tonnes (d’ourites pêchés après la fermeture, NldR). Le rendement est favorable, nous allons continuer dans cette voie ». 

Pour rappel, la fermeture de la pêche à l’ourite avait été entamée par Rodrigues, qui prévoit désormais la fermeture de la pêche aux crabes et aux crevettes. Le Commissaire de la pêche informe que chaque fermeture coûte Rs 5 millions pour un mois.