Suite à une visite au tronçon Ripaille/Valton vendredi après-midi, le ministre des Infrastructures Publiques par intérim, Showkutally Soodhun a  maintenu la fermeture de ce tronçon d’autoroute. Il a clairement fait comprendre à la presse qu’il ne peut prendre de risques de la rouvrir d’autant que la météo avait annoncé de la pluie pour le weed-end. Ce sera donc sur les conseils des techniciens de la Road Developement Authority (RDA) et du ministère de tutelle qu’il décidera ce soir s’il faut rouvrir ce tronçon ou le garder clos à la circulation. Les autorités compétentes informeront les usagers tôt demain matin.
Pour rappel, cette partie de l’autoroute Terre-Rouge-Verdun est fermé depuis jeudi à la circulation suite aux  averses qui ont généreusement arrosé l’île dans la nuit de mercredi à jeudi. Les autorités ont estimé que des risques de glissements de terrain étaient réels et que cela mettrait en péril la vie des usagers .
Nanda Veerapa, officier en charge à la RDA, qui faisait partie du groupe ministérielprésent à Valton, a expliqué que des travaux de stabilisation du remblai Est de ce tronçon est presque terminé. Il a ajouté que la route a été redessinée et qu’il ne restait que le réasphaltage pour l’ouvrir à la circulation. « Une fois le réasphaltage terminé, nous basculerons le trafic dessus et nous commencerons ensuite les travaux de stabilisation du remblai Ouest », a-t-il indiqué.
Interrogé sur l’avancée des travaux de réparation des fissures et de l’effondrement de la route un peu plus bas, Nanda Veerapa a rappelé que les consultants sud-africains de ARQ Consulting Engineers (PTY) ont déjà terminé leur enquête et ont soumis un rapport final. Les Sud-Africains attribuent les fissures sur le tronçon situé entre Ripailles et Crève-Coeur, à hauteur de Valton, à la qualité du sol sur laquelle la route est bâtie, et non pas en raison de la qualité des matériaux utilisés pour le remblai. Ils ont par conséquent préconisé la construction de colonnes de soutènement comme méthode de réparation. « Les travaux dureront environ 12 mois et coûteront entre Rs 200 et Rs 300 millions », a estimé le responsable de la RDA.