Après un an d’opération dans le centre commercial de Mon-Choisy, l’hypermarché Pick N Pay a fermé ses portes en décembre 2013, justifiant cette décision par le fait que son chiffre d’affaires avait considérablement chuté, résultant à plusieurs pertes. Soutenant qu’elle n’avait pas été informée au préalable de cette décision et que l’hypermarché lui devait plusieurs mois de loyer, la compagnie Mont Choisy Ltd a traduit Pick N Pay en justice, lui réclamant Rs 200 M de dommages. « The Plaintiff avers that the fundamental cause for the withdrawal of the Defendant No 1 at Mont Choisy had nothing to do with the alleged non performance of the Plainfiff but the nationwide failure by the Pick n Pay brand to be successful on the Mauritian market », soutient le promoteur de Mont Choisy Mall dans sa plainte de réclamation.
Avec l’ouverture de la Mont Choisy Shopping Promenade en 2010, l’enseigne sud-africaine Pick N Pay décide de louer un espace pour opérer un hypermarché. Un Agreement to Develop Lease (ADL) de 10 ans est ainsi signé entre Mall of Mont Choisy Limited – subsidiaire créé par CMCL pour le projet – et Pick N Pay, sur les recommandations de Retail Africa. Cependant le 31 décembre 2013, l’hypermarché qui opérait d’ailleurs également dans les centres commerciaux Bagatelle et Cascavelle décide de mettre la clé sous le paillasson après avoir subi des pertes en raison d’une chute de son chiffre d’affaires. Le promoteur de Mont Choisy Ltd soutient qu’il avait été tenu au courant de cette décision tardivement et via email. La compagnie Mont Choisy s’est lancée dans une bataille juridique au début de l’année, réclamant des dommages de Rs 200 M à la firme sud-africaine qu’elle accuse d’avoir fait preuve de mauvaise foi et de négligence dans la gestion de ses affaires résultant aux pertes encourues par Mont Choisy Shopping Mall.
Le promoteur de Mont Choisy soutient que depuis son entrée en opération au centre commercial, Pick N Pay n’a pas payé le loyer ainsi que plusieurs factures d’eau et d’électricité. Pour ce qui est de la baisse dans le chiffre d’affaires de l’hypermarché, Mont Choisy Mall l’attribue à un manque d’engagement de l’hypermarché pour garder le même niveau que les hypermarchés qui se trouvent en Afrique du Sud. Selon CMCL, les clients étaient déçus des choix limités qu’offrait l’hypermarché, car bien souvent, les rayons étaient vides et les clients ne trouvaient pas ce qu’ils recherchaient. De ce fait, ils se tournaient vers d’autres enseignes. Le plaignant explique également que comme l’hypermarché n’arrivait pas à honorer ses paiements vis à vis de ses revendeurs également, ces derniers stoppaient tout simplement la livraison de leurs produits. La compagnie Mont Choisy Mall soutient que la firme sud-africaine a été elle-même responsable de ses pertes. « The Defendant No. 1’s alleged claim of breaches on the part of the Plaintiff because of the 80 % occupation benchmark for the Centre not being attained, is a fabricated and unfounded attempted excuse on the part of the Defendant No. 1 to mask its own failures and is opportunistic to say the least at a time when the Defendant No. 1 had decided to exit the island of Mauritius », souligne la plainte. « The Plaintiff avers that the fundamental cause for the withdrawal of the Defendant No, 1 at Mont Choisy had nothing to do with the alleged non performance of the Plaintiff but the nationwide failure by the Pick n Pay brand to be successful on the Mauritian market », peut-on lire plus loin dans la plainte. L’affaire sera appelée jeudi prochain devant la Cour Commerciale.