Alors qu’il semblait urgent qu’une décision soit prise au sujet de la fermeture de l’UoM Trust qui selon le State Law Office opère dans l’illégalité, à l’Université de Maurice on se renvoie la balle. Après plusieurs réunion, le Conseil de l’UoM n’arrive toujours pas à prendre une décision alors qu’il est celui qui devra trancher car l’UoM Trust est une création de l’Université de Maurice. Du côté des étudiants, c’est l’incertitude car au niveau de la Tertiary Education Commission on est catégorique sur le fait que les cours de ceux inscrits en première année ne seront pas reconnus.
À la suite d’un avis légal du State Law Office il y a plus de trois mois remettant en cause la légalité de l’UoM Trust, les 300 étudiants de cette institution demeurent en attente d’une décision concernant leur éventuel transfert. Le Conseil de l’Université de Maurice, réuni le 1er octobre en ce sens, n’avait pu trancher, réclamant plus de temps et de concertation « in order to find a solution in the best interest of the stakeholders ». Or presqu’un mois après, le Council n’arrive toujours pas à prendre de décision alors que quelques-uns de ses membres étaient les premiers à crier haut et fort que l’UoM Trust, étant illégal, devrait fermer ses portes. Cet empressement à fermer cette institution, créée en 2006 par l’Université de Maurice en tant que charitable institution en vertu de la UoM Act de 1972, ne semble plus d’actualité car au niveau de l’Université de Maurice on se renvoie la balle quant à celui qui devra prendre la décision. Soulignons que sollicitée pour une déclaration, l’Université de Maurice nous dirige vers le Board of Trustees alors que ce dernier nous renvoie à son tour à la direction de l’UoM. Selon nos informations, celle-ci serait toujours en consultation avec ses hommes de loi. Si au niveau de la direction on attribue ce retard aux autres problèmes auxquels l’institution accorde actuellement la priorité, au sein du campus, ce retard est une fois de plus perçu comme l’incapacité du Council à trancher et prendre les décisions qui s’imposent.
Une décision immédiate est pourtant importante car depuis cet avis légal, la Tertiary Education Commission a décidé de ne plus accréditer les cours de l’UoM Trust. L’instance est catégorique sur le fait que les cours de ceux de première année ne seront pas reconnus, et il s’agit aussi de décider du sort des autres étudiants déjà inscrits en deuxième et troisième année. Au niveau de la TEC, l’on soutient cependant qu’une formule devra être trouvée pour que ces derniers puissent terminer leur cours dans les filières qu’ils ont choisies.
Rappelons par ailleurs que l’institution est affiliée avec d’autres universités étrangères pour l’accréditation de ces cours. Le ministère de l’Enseignement supérieur a récemment signé un accord avec l’Université de Lancashire en Angleterre pour le cours de Masters en droit. L’UoM Trust avait aussi récemment lancé, en partenariat avec la Mauritius Employers Federation, la Mauritius International Business School. Outre le transfert des étudiants, la fermeture de l’institution impliquera aussi d’autres décisions importantes à prendre avec ses partenaires.