Les représentants des employés des usines Rossana et Tara Textile ont rencontré ceux du ministère du Travail ainsi que les liquidateurs, Afzar Ebrahim et Georges Chung, ce lundi 18 novembre au bâtiment de la Victoria House. Cela suite à l’annonce de la fermeture de ces deux usines samedi.

« La situation a été très difficile et les commandes ne suffisaient plus pour payer les créanciers. Nous nous sommes retrouvés avec des solutions très restreintes. Mais nous essayons, avec le gouvernement, de trouver des solutions, tout en respectant les provisions légales sous l’Insolvency Act et le Workers’ Act », a fait ressortir le liquidateur Afzar Ebrahim face à la presse ce matin.

Selon le syndicaliste des travailleurs étrangers, Faizal Ally Beegun, cette rencontre leur a été « favorable ». Toutefois, « la bataille n’est pas finie ». Il est prévu que les liquidateurs mettent en vente les actifs des deux compagnies afin de procéder aux remboursements et aux paiements des employés, selon la loi.

De son côté, le receiver manager a pris l’engagement de payer les employés pour le mois de novembre de même que leur boni de fin d’année, ainsi que de rembourser les local/sick leaves.

« Le gros problème actuellement, ce sont les compensations pour le temps de service. Le gouvernement a fait comprendre qu’une somme d’argent sera mise à disposition pour le paiement partiel du temps de service avec la contribution des liquidateurs, afin de compenser les travailleurs », a précisé Désiré Guildhary, négociateur des travailleurs mauriciens.

Une réunion tripartite est prévue le 27 novembre afin de débattre du montant des compensations.

A savoir que ces fermetures concernent 550 travailleurs, dont des Bangladais, des Malgaches, des Indiens et des Mauriciens.

Pour les travailleurs étrangers qui souhaitent restés dans l’île, le ministère du Travail indique avoir déjà entamé des négociations avec divers autres groupes textiles afin de pouvoir y replacer le maximum de personnes.