Du 13 septembre au 1er octobre, le public pourra découvrir les manuscrits, pièces uniques par essence, du poète et artiste mauricien Malcolm de Chazal au musée de la Poste, Port-Louis. L’inauguration officielle de cette exposition, qui accueille des oeuvres picturales originales de l’artiste et celles des enfants ayant participé aux ateliers « Peindre à la Malcolm », une initiative de la Fondation Malcolm de Chazal, a eu lieu hier après-midi.
Guerre dans mars, Acte 1er ; La liberté 11891 ; Le matelas, le whisky, HUMOUR ROSE ; PICASSO, Qui est Picasso ? ; le Prénatal, chapitre 1 ; Le Nu… sont parmi quelques manuscrits originaux qu’accueille la Galerie Nicolas Lambert, ces jours-ci. L’occasion pour ceux qui s’intéressent à ce génie mauricien d’avoir un contact presque personnel pour ne pas dire intime avec l’auteur à travers ses manuscrits, à l’état de brouillon, avec ratures, annotations et couleurs d’encre choisies ou sur papier dont il disposait pour ses créations littéraires ou essais philosophiques.
Ces cahiers sont exposés dans une vitrine sécurisée à côté de laquelle, une autre accueille une double sculpture du portrait de Malcolm de Chazal, intitulée « Deux Chazals ». Le visiteur pourra aussi admirer quelques peintures de Malcolm de Chazal exposées aux côtés de celles des enfants venant de différentes parties de l’île. Des magnifiques images colorées renvoyant au style naïf de l’artiste. Cette exposition est visible jusqu’à la fin du festival. À noter que la municipalité de Vacoas-Phoenix accueille en ce moment une autre exposition sur Chazal et son oeuvre.
Pendant toute cette semaine, le public pourra admirer des peintures originales de Malcolm de Chazal exposées à la galerie Color Attitude à Moka. Elles seront ensuite accueillies par une autre galerie privée à Grand-Baie, celle d’Amrita Dyalah. Le président de la Fondation Malcolm de Chazal, Robert Furlong, se réjouit de cette collaboration privée-paraétatique et considère important de valoriser les galeries d’art privées.
À la galerie d’Amrita Dyalah, les originaux de Chazal côtoieront des travaux de l’artiste qui pour l’occasion a peint « à la manière de Chazal ». Enfant, Amrita Dyalah a eu l’occasion de le côtoyer.
Pour la première fois, la pièce de théâtre Guerre de Mars, écrite par Malcolm de Chazal vers 1950, sera mise en espace par des Mauriciens. Ce texte sera d’ailleurs accessible au public pour la première fois puisque, selon les aveux de l’auteur, on le croyait perdu à jamais. La pièce en quatre actes sera présentée aujourd’hui à 19 heures à l’Église de la Nouvelle Jérusalem, Rue Rémono, Curepipe Road, le mardi 24, à 19 h, au théâtre Komiko (ex-cinéma ABC) à Rose-Hill, et le vendredi 27, à 19 h, au Centre culturel d’expression française, Rue Chasteauneuf, Curepipe.
La manifestation se poursuivra demain, à 19 heures au Conservatoire de musique François Mitterrand, Quatre-Bornes, avec une danse créative et un film d’animation autour de Petrusmok. Deux autres représentations sont prévues : le mercredi 25 à 19 h au showroom d’Allied Motors à Réduit et le mardi 1er octobre, à 19 h au Centre culturel d’expression française, Rue Chasteauneuf, Curepipe.
Pendant les trois samedis du festival, la fondation située 8 Rue du Vieux-Conseil, Port-Louis, s’ouvre aux enfants pour des ateliers de peinture et de slam. Réservation préalable au 2134265.