Des spécialistes de la danse contemporaine sont aux anges en ce moment. Et pour cause : ils présenteront vendredi et samedi le premier festival de danse contemporaine jamais réalisé à Maurice. Qu’ils s’appellent Joseph, Patten, Anamah ou Bongarçon, qu’ils viennent de Madagascar ou de La Réunion, les danseurs et chorégraphes présenteront leurs dernières créations, à deux reprises, soit sur la terrasse du Plaza, face à l’esplanade, ainsi qu’à l’IFM, vendredi à 19h. La compagnie de Stephen Bongarçon, SR Dance, est la cheville ouvrière de cet événement gratuit nommé Sagam, et qui bénéficie de la contribution de tous ceux oeuvrant pour la création contemporaine à Maurice, de même que des compagnies malgaches et réunionnaises.
L’an dernier, Jean-Renat Anamah était sorti amer des échanges qu’il avait eus avec le ministère de la Culture, qui avait fait volte-face tardivement au sujet d’un projet de festival international de danse contemporaine à Maurice. Le concept, le programme et les différentes participations étaient finalisés mais le ministère de tutelle avait alors renoncé à soutenir le projet, mettant le chorégraphe de Beau-Bassin dans l’embarras vis-à-vis de ses pairs. Cette tentative avortée a peut-être, à sa façon, contribué à ce que Sagam finisse enfin par voir le jour cette année.
Ce festival indianocéanique, dont les spectacles sont programmés sur deux jours, est financé par les compagnies de danse participantes, par le Centre Nelson Mandela dans le cadre des quatre ans de l’accession du séga typique au statut de patrimoine de l’humanité et par l’Institut français de Maurice, tout en bénéficiant d’un parrainage des ministères des Arts et de la Culture, et du Tourisme, qui l’a inscrit au programme du Festival International Kreol.
Plusieurs chorégraphes et programmateurs de la région (malgaches, réunionnais et mozambicains) ont déjà fait le déplacement depuis dimanche pour donner un coup de main aux organisateurs et explorer le milieu mauricien de la danse contemporaine. C’est dire leur motivation pour l’événement et la nécessité de rassembler les énergies des pays de la région, aussi insulaires et isolés soient-ils. L’an dernier, les compagnies que Jean-Renat Anamah avait sollicitées avaient proposé de financer leur voyage, et ce à condition que le festival ait lieu. Elles estimaient en effet que la création d’un événement chorégraphique de cette envergure à Maurice « valait bien un effort », même si elles ne pouvaient espérer en tirer des revenus, encore moins des bénéfices dans le cas d’une première.
Ici aussi, avec les équipes SR Dance et Stephen Bongarçon, comme initiateurs et coordinateurs, les compagnies étrangères, telles Soul City et Tahala, assument elles-mêmes leurs frais de déplacement… Impossible de détailler ici le synopsis de tous les spectacles au programme. Le nom de l’événement trouve sa source dans un style, sorti de l’imaginaire bouillonnant de Stephen Bongarçon, qui allie séga et danse contemporaine, un parti pris qui témoigne d’un souci de créer de la singularité en allant se nourrir de nos traditions les plus profondes…
Inspirations variées
Prince Ratsi, que la compagnie organisatrice présentera lors de la première session de vendredi, s’inspire, comme son nom l’indique, à la fois de l’histoire mauricienne et malgache et de ce que le chorégraphe a pu échafauder en puisant dans les sources du séga.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Un peu plus tard, à l’IFM, Anna Patten et Stéphane Bongarçon présenteront quant à eux Beyond, une création qui évolue sur la musique de Shakti Shane Ramchurn, le musicien attitré de la plus célèbre danseuse mauricienne de kathak… Cette pièce croise les traditions indiennes (kathak et bharatanatyam) qui ont fécondé la terre mauricienne, au moins autant (si ce n’est plus ?) que la valse et la polka, avec les codes de la danse contemporaine, tel qu’elle s’invente ici. Cette soirée permettra aussi de découvrir Zoé Johnson Andrianjanaka dans un solo à teneur hautement symbolique, intitulé Sambo Fotsy (bateau blanc – ne pas prononcer le « y »), qui délivre un message d’espoir dans la capacité de l’homme à dépasser ses souffrances, quitter sa terre, déployer des énergies inimaginables pour se construire une vie. Proposée par la compagnie réunionnaise Soul City, Tir pa kart s’inspire du dicton toltèque : « Ne fais pas de suppositions. » Interprétée par trois danseurs, cette pièce met en garde de manière ludique et humoristique contre les préjugés et idées reçues.
Samedi, sur le parvis du Plaza, à partir de 16h30, les frères Samuel et Mathieu Joseph présenteront ce qu’ils ont concocté en 2016 pour une compétition internationale qui s’est tenue à Séoul, en Corée du Sud. Libre sans toi joue sur la musique des mots, pour évoquer la condition de ceux qui n’ont pas de… toit, les SDF, qui existent aussi à Maurice malgré les richesses époustouflantes dont regorge le pays. Cette session de clôture du festival se conclura sur l’inédit de Jean-Renat Anamah, Lay and walk. Dans ces deux verbes, le chorégraphe encapsule la routine quotidienne à laquelle se résument les mouvements du corps qui, tour à tour, dort puis se lève et marche. Mais pour nous parler de ce mouvement de la couche à l’éveil, ou encore de l’horizontalité à la verticalité, il s’inspire aussi des rituels qui ont enchanté son enfance, notamment celui du Cavadee dont une partie se déroulait dans la cour de sa maison familiale à Port-Louis. « Ce spectacle représente pour moi un retour aux sources car mon grand-père était tamoul. Je voulais évoquer les sacrifices que l’on fait au sol, puis le chemin du pèlerin, la mystique de la marche sur le feu, etc. », nous a-t-il confiés hier. Cette pièce sera dansée en duo avec Jason Louis sur une création musicale d’Ashley Spéville et de Norbert Planel pour commencer, puis du rocker Mike Fekno, qui chantera Stand up.