C’est une Miselaine Duval très en verve qu’on a retrouvée sur la scène du Kafet@ lors de son one-woman-show, Miselaine Tropicante. Dépeignant son enfance, la façon d’être des Mauriciens, tout en faisant un parallèle avec la vie en France, elle a su transporter son public dans son univers. En première partie du spectacle, Stéphan Raynal a également été désopilant.
Stéphan Raynal, qui assurait la première partie, a usé d’expressions faciales, de répliques et de ses talents de chanteur parodique pour faire rire son public. Ce membre des Trois Moustikers en a sous le capot quand il s’agit de faire rire en solo. Se muant en présentateur télé seychellois donnant les nouvelles comiques de compétitions sportives ou posant des paroles rigolotes sur des chansons à succès à la manière de son collègue habituel Alain Narainsamy, Stéphan Raynal a conquis son monde pendant la petite demi-heure de sa prestation.
Dans un autre style, Miselaine Duval prend ensuite les rênes. Nous voilà transportés dans la vie de l’artiste et des choses qu’elle observe au quotidien, comme dans un stand-up. Premier coup de gueule : “Mo pli kontan rond ki gro ou obez. Ena boukou lavantaz kan to rond : si to pous mwa mo roule, si to bat mwa mo rebondi.” Fustigeant ceux qui ne prennent pas de gants en s’adressant à elle, Miselaine Duval relate certaines de ses mésaventures. “Enn kamarad dir mwa sa rob lor twa la kouma dir enn letiket lor boutey.” Mais elle assume ses rondeurs. “Je ne suis pas une top modèle, mais je suis un modèle très top.”
Miselaine Duval sait divertir son public. C’est le signe d’une artiste qui maîtrise la scène, qui sait exactement ce que veut son public et qui le lui offre sur un plateau. Ironisant sur ses séjours à Paris, elle a fait s’esclaffer son audience avec ce côté gran nwar et vey zafer qu’elle aime conférer à certains de ses personnages.