Le Festival International Kreol, qui vise à la renaissance de la culture kreol et à la mise en valeur de notre patrimoine, a été cette année un événement figé. Placé sous le thème Kreolite nou lidantite, l’édition 2012 n’aura pas été impérissable. Surtout en comparaison à certains crus précédents, le festival n’aura pas tenu toutes ses promesses. Mais à sa décharge, il faut préciser que le festival a été tenu en pleine campagne pour les élections villageoises et municipales.
Il y aura toutefois eu quelques moments forts, comme la conférence sur le thème Kreolite nou lidantite animée par Jean-Clément Cangy, Mylène Bamboche et Yannick Fontaine de l’Île de La Réunion. Ces derniers ont fait un véritable plaidoyer pour mettre fin aux préjugés et accorder une véritable reconnaissance au kreol en tant que langue. La crainte exprimée est de voir le créole, si indispensable à la communication et à la vie musicale de notre pays, affecté par les langues privilégiées à l’école.
Sur le plan purement culturel, la soirée typique organisée au Morne et le Gran Konser au Domaine Les Pailles, samedi dernier, ont été succès populaire. Pour le Gran Konser, les têtes d’affiche, Sir Samuel et Tairo (France), ont brillé pour leur première prestation sur une scène mauricienne. Dominique Barret, de La Réunion, a conquis le public avec ses morceaux Pou Ou Mamzel et Mon Coeur Épris, qu’il a interprété en duo avec Meera Mohun.
Mercenery des Seychelles et Black Rod de Rodrigues se sont également distingués. Les vétérans du séga, Michel Legris, Serge Lebrasse, Roger Clency et Marie Josée Couronne, entre autres, ont assuré une belle ambiance. Les autres artistes, à savoir Linzy Bacbotte, Bruno Raya, Sandra Mayotte, Cassiya, Renel Trapy, Gérard Louis, Mario Justin, Nancy Derougère, OSB, Rasminik, Maista, Negro Pou La Vie, Dallon, Frico Labelle, Mister Love, David Ramen, Natty Gong, Eric Carler, Maista, Natty Jah, Koolstai, Group Rasinn, Ziskazom, Tian, Lion Ki-La, Ton Rolo, Dario Lascie et CR Geto, ont également assuré de belles prestations.
Le festival a pris fin dimanche avec une régate organisée à Mahebourg et un salon culinaire, où l’on n’a malheureusement pas découvert beaucoup de plats représentatifs de la cuisine créole, les participants ne s’étant contentés que de proposer des rotis, des pistaches grillées, des merveilles et des fruits confits.