« Malgré des têtes brûlées qui essaient de mettre le feu dans le pays, je vous assure que personne ne jouera avec l’harmonie de notre pays et ne mettra le tissu social en danger ». Ce sont les propos du chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, lors de son allocution ce matin, samedi 24 novembre, lors de la conférence dans le cadre de l’avant-dernier jour du Festival international kreol à l’hôtel Intercontinental, Balaclava.

Le Premier ministre est d’avis que « chaque Mauricien vit et respire la créolité ». Il a dans ce sens fait ressortir que ce festival donne une vue d’ensemble, un bon éclairage et « nous a permis de redécouvrir la richesse sur la culture créole ».

Durant son discours, il a également souligné l’importance de la langue créole dans l’île, « c‘est le ciment et l’élément unificateur qui rapproche tout Mauricien ».

Reprenant le thème du festival, “kreolite nu lheritaz”, il avance que chaque Mauricien se doit de préserver ce que nos ancêtres ont laissé. « La culture créole fait parti intégrante de notre quotidien« , avant de définir le terme créolité. « Kreolite karakteriz sa kiltir ki finn pran so nessans ek so rasinn dan nu pei pendan period lesclavaz ek kolonial », a-t-il mis en avant lors de son discours.

« Nous sommes le produit d’un mélange et ce festival nous permet de mettre en valeur notre diversité ».  C’est sur ces notes que le ministre du Tourisme, Anil Gayan, s’est exprimé. Selon lui, « un pays qui ne connaît pas son histoire est un pays qui ne se respecte pas ».

Dans son discours, il a aussi tenu à faire ressortir que notre pays ne dispose d’aucune ressource, « comme le pétrole ou le diamant, mais nous, ce que nous avons, c’est la diversité de nos habitants. C’est le devoir de tous de faire l’effort pour préserver l’harmonie de notre pays. Notre ambition est de faire rayonner notre culture mauricienne à travers la diaspora dans le monde« , a-t-il déclaré face aux invités.