La 7e édition du Festival Kreol s’est tenue hier matin au Centre de Conférences de Grand-Baie. Placée cette année sous le thème « Kreolité nu l’Identité », l’ouverture du festival a réuni plusieurs personnalités de marque dont les représentants de diverses associations de la communauté. L’occasion pour le vice-Premier ministre et ministres des Finances, Xavier-Luc Duval, d’annoncer que le loyer du centre Swami Vivekananda passe de Rs 65 000 à Rs 25 000. La cérémonie a été présidée par Lindsay Morvan, porte-parole du PMSD. Ce dernier a rappelé la lutte et les critiques essuyées de parts et d’autres.
« La langue kreol est une langue a une dimension fédératrice qui rassemble plusieurs pays de l’ocean Indien », a soutenu le Premier ministre, Navin Ramgoolam, dans son discours. A l’heure des questions, il expliquera à un journaliste par correspondance pour une télévision française que la pertinence de ses propos que, malgré l’absence de liens hormis nos origines, les Haïtiens parlent presque le même kreol. « Il faut donc unifier, fédérer et nous connecter », a-t-il maintenu. Il a aussi, fait un rappel des critiques essuyées au début du lancement du Festival Kreol. « Aujourd’hui, le festival est devenu un événement incontournable. Il attire tout le monde, pas seulement les artistes. »
Faisant un brin d’histoire, notamment la composition de la nation cosmopolite mauricienne, le Premier ministre a déclaré : « Si au début nos ancêtres sont arrivés sur l’île via différents bateaux, il faut accepter qu’aujourd’hui nous sommes tous sur un seul et même bateau. Auparavant, chacun avait ses langues, tous sont venus pour travailler sur cette île. Mais graduellement, la langue kreol les a unis. C’est pourquoi il est important de connaître l’histoire de son pays pour construire l’avenir et vivre ensemble. Lalang kreol rasemble nou tou ! »
Poursuivant dans le même souffle, il devait dir : « Que l’on soit Africain, Indien, Chinois, Japonais ou autre, nous avons tous le même ADN à 99,9%. Pourquoi donc faut-il s’attarder sur le 0,1% qui nous sépare ? » Déclarant que certains ne font que critiquer sans jamais construire, et « koz bouku », il a lancé : « Al guet la realité, guet kisannla inn fer plis ? Zame enn gouvernman pann fer otan ! »
Navin Ramgoolam a alors rappelé que la langue kreol est désormais utilisée à différents niveaux, notamment sur les dépliants gouvernementaux. « Il ne faut cependant pas oublier que cela a été possible après beaucoup de persévérance de certains dont Arnaud Carporan, linguiste et chargé de cours à l’université de Maurice. »
Rappelant l’évolution de la langue kreol partout, il a, entre parenthèses, évoqué le rôle de la Creole Speaking Union en soulignant que les Mauriciens doivent être fiers de leur créolité et de leur métissage actuel tant au niveau culturel que physique. « Il est important de conserver la réussite multiculturelle tout en garantissant l’accès à l’éducation à nos jeunes », estime-t-il. Et d’ajouter : « L’éducation est notre fil conducteur. C’est la vision globale pour la République de Maurice. S’il ne faut pas négliger l’efficience économique et la justrice sociale, l’éducation demeure la clé ! »
Ainsi, Navin Ramgoolam a rappelé l’octroi du transport gratuit, chose à laquelle, dit-il, l’ancien président de la République, sir Aneerood Jugnauth s’était opposé. Le Premier ministre a déclaré à l’intention de ceux présents : « Si par maler lopozisyon gagn gouvernema, zot pou reguet sa e reguete ve dir abolir transpor gratwi ! »
Abordant la dernière partie de son allocution, Navin Ramgoolam a rappelé que sa vision s’inscrit à « donner à tous les Mauriciens une chance égale », souhait désormais possible à travers l’Equal Opportunities Commission (EOC), présidée par Brian Glover.
Prenant auparavant la parole, le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, présenté plus tôt comme étant la cheville ouvrière du Festival Kreol en 2006 a, pour donner le ton à son discours, émis le souhait que cette événement perdure. Il a fait l’historique de ses réalisations, notamment (1) la mise en application de l’Equal Opportunities Commission, (2) la fameuse Commission Justice et Vérité, (3) la Commission d’enquête concernant les prescriptions des terres (4), la reconnaissance de la langue kreol à différents niveaux, (5) la création du ministère de l’Intégration sociale (6), la hausse des bourses octroyées aux sportifs (7), l’allocation accordée aux sportifs de haut niveau avant de rappeler le retour des intercollèges.
Xavier Duval a aussi passé en revue ses mesures budgétaires tout en annonçant la baisse la location du centre Swami Vivekananda, qui passe de Rs 65 000 à Rs 25 000 par jour. Il a rappelé que le slogan « Maurice, Terre d’Opportunités pour tous ! » est le fil conducteur de l’action du gouvernement PTR-PMSD, une coalition qui dure depuis sept ans déjà.
La journée s’est poursuivie comme les années précédentes avec trois conférences tournant autour du thème de cette année animées par Jean-Clément Cangy, Mylène Banboche et Yannick Fontaine. La remise des prix pour le meilleur habit créole a conclu la journée. Le Festival prend fin avec une régate aujourd’hui à Mahébourg, de 10h à 18 h.