Festival Kreol
  • Dégustation, culture, pêche artisanale, exposition, spectacles, massages créoles et cerfs-volants au programme

Les hôtels se parent pour le Festival Kreol, qui se tient jusqu’au 25 novembre. Tout a été mis en œuvre pour faciliter la participation des touristes aux événements du festival. « Les touristes sont demandeurs de produits culturels. C’est donc l’occasion d’avoir une expérience authentique complète du pays, de ses artisans, de ses artistes et de ses traditions », explique Jocelyn Kwok, CEO de l’AHRIM.

Dans les régions où sont prévus animation et spectacle, plusieurs hôtels ont pris des dispositions pour organiser le déplacement de leurs résidents. Au Shandrani, par exemple, le festival culinaire et la régate de Mahébourg seront au menu; au Tamassa, on visitera Bel-Ombre; au Véranda de Grand-Baie, entre le bazar et le temple, on fera une halte pour manger mauricien; au LUX* Le Morne, ce sera la découverte de l’histoire du site agrémenté d’une séance de pêche artisanale. Certains hôtels comptent dédier une ou plusieurs journées à la culture créole, avec un programme comprenant une exposition de produits artisanaux, des spectacles, une dégustation de rhum, de saveurs typiques (“gram bwi”, fruits confits, “dol pouri” ou “alouda”…).

C’est le cas du Club Med et du Canonnier. D’autres ont choisi un programme s’étalant sur toute la durée du festival. Zulu se produira à l’hôtel Hilton. Au Mauricia, l’orchestre débutera chaque soir le spectacle par du Ti Frer et du Fanfan. Le Veranda Palmar, lui, a prévu une démonstration d’instruments typiques.

En plus de rehausser les activités incontournables, comme le Sega Show et le buffet mauricien, les hôtels ont chacun cherché une petite touche d’originalité, notamment le Traditional Creole Massage, le “piknik tipik” sur la plage ou une séance de “Tir traka”, un rituel bien local autour du feu. Là, une séance d’initiation aux jeux d’antan – cerf-volant, la marelle et Boca – ou de henné.

D’autres établissements hôteliers, à l’instar du Victoria, placeront chaque jour, à la table du petit-déjeuner, des petites cartes devinettes sur les expressions créoles. D’autres enfin saisiront l’occasion pour affirmer l’identité de leur marque, comme au Heritage Awali, où les danseurs recréeront le “boma” africain au son du tam-tam, rythme d’origine de cette culture créole que l’on célèbre.