Le Festival Mama Jaz s’est poursuivi durant le week-end avec notamment le concert de Neshen Teeroovengadum au Conservatoire National de Musique François Mitterrand, Quatre Bornes. Accompagné de quatre musiciens talentueux, Neshen Teeroovengadum a présenté un concert d’une dizaine de morceaux aux influences diverses et aux rythmes mélangeant moderne et classique.
Dans un décor simple, les musiciens entrent sur scène vers 20 h 30, dans le noir, avec une simple lumière pour les illuminer. Devant un public peu nombreux, le groupe a su prendre possession des lieux et faire rêver les mélomanes présents à travers des notes et des mélodies qui en ont scotché plus d’un. Si tous les musiciens étaient à la hauteur des attentes, on saluera particulièrement la performance de Jason Lily, qui a tout le long du concert pu montrer l’étendue de ses talents aux percussions comme au chant. Avec une énergie débordante et une maîtrise parfaite de son instrument, il a su apporter un tonus supplémentaire au spectacle.
Une trentaine de minutes avant la fin du concert, Neshen Teeroovengadum appelle sur scène un autre chanteur et musicien qui ne passe jamais inaperçu. Habillé toujours dans la simplicité et l’authenticité, Menwar était l’invité pour deux morceaux, donc l’un intitulé « Là-haut ». Menwar sur scène, accompagné du quintet déjà sur place, était un vrai plaisir pour les oreilles. Il n’a pas hésité à solliciter la participation du public en l’incitant à taper des mains ou en lui demandant de chanter avec lui. Un moment particulièrement apprécié de ceux qui avaient fait le déplacement.