Le poète Sedley Assonne participera au Festival International de Poésie (FIP), qui se tiendra à Trois-Rivières, au Québec, du 30 septembre au 10 octobre 2011. Il a été invité par Maryse Baribeau, la directrice-générale du FIP. Le FIP est une manifestation culturelle qui se tient au Québec depuis 1984.
Le poète a sorti son premier recueil de poèmes, Les fantômes du futur luxe nocturne, en 1994. Depuis cette date, Sedley Assonne est devenu l’auteur de La poésie contre la guerre, primé par le prix Jean Fanchette-Poésie, en 2003, de Pu poezi zame disparet, sacré par le prix Grand Océan, section créolophone, en 1999, à la Réunion. A l’île soeur, il aura également récolté le prix de poésie de la ville de Saint-Benoît pour son poème Ma vile. Et dans l’émission « Poésie des îles », diffusée sur RFO et animée par le poète Jean-François Samlong, son poème Visages de mon île fut primé.
A Maurice, il a déjà reçu le premier prix d’un concours de poésie, organisé par l’ONDP, avec le poème Plaidoyer, en 1985. Il était un des animateurs de « Parole dans la rue », sur une idée de Tristan Breville, en août 1997, dans les rues de Port-Louis, aux côtés de Cyril Gaëtan Lebrasse, Lise et Rowin Narraidoo, Khal Torubally et André Lavénérable, entre autres. C’était la première manifestation du genre à Maurice.
Il a aussi été le premier poète mauricien invité au Printemps des Poètes, à la Réunion, en l’an 2000. Il a déjà participé au Salon du Livre, à Paris, sous l’égide de l’ambassade de France. En l’an 2001, du 14 au 22 juin, il devient le premier poète mauricien invité au Festival International de Poésie Itinérant en Afrique (FIPIA), organisé à Madagascar. Plusieurs récitals dans des collèges et lycées malgaches, aux côtés d’Elie Rajaonarison, Ranše, Paul Dakeyo, initiateur du FIPIA, Taijin Tando, poète japonais, MAB Elhad, Ali Mlindé et Mohamed Toihiri, poètes Comoriens, et les membres de l’Association Sandantra, cercle de jeunes écrivains et poètes malgaches.
Le poète a pendant longtemps animé des récitals, sous l’égide de la mairie de Port-Louis, avec Les Plumitifs Associés, association de poètes dont il fut le fondateur, au foyer du théâtre de Port-Louis, et dans d’autres régions de l’île.
Egalement éditeur, il a publié des ouvrages de Thierry Château, Ponsamy Pongavanon (ancien condamné à mort), Tracy Ponen, et bientôt Eric Bahloo. Sedley Assonne a été le premier à sortir trois livres sur la musique locale : Gérard Louis, tout pour la musique, Les femmes du séga  et Kaya, autopsie d’une légende. Et Le Morne, son texte devenu chanson pour Cassiya, a été disque de l’année en 2001. Il a écrit dix textes pour Sandra Mayotte, dont Makalapo.
Rappelons que Sedley Assonne est aussi auteur de Vertiz leternite, un recueil de poèmes en créole, édité en 1996, de Robis, le premier polar en créole jamais écrit à l’île Maurice (le texte a été au programme d’études d’étudiants du Mahatma Gandhi Institute et de l’université de Maurice), et a reçu le premier prix au concours littéraire de Ledikasyon Pu Travayer, en 1996, de Tekno, recueil de nouvelles en créole, édité aux éditions de la Tour en 1999, de Pu poezi zame disparet, un recueil de poèmes bilingue, créole/français, couronné par le prix Grand Océan à la Réunion, en 1999, de Le Morne, territoire marron, recueil de poèmes, bilingue, édité aux éditions de la Tour, en 2001. Le Morne, extrait du recueil, adapté en chanson par Cassiya, a été disque de l’année en 2001. Par ailleurs, des extraits de ce recueil figurent au bas de la montagne Le Morne, l’Etat ayant choisi cette  oeuvre pour présenter le dossier d’inscription de la montagne au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. (Ceux qui vont faire un tour au Morne peuvent lire des extraits du poème, en trois langues : anglais, créole, français).
Il a aussi sorti  Le désespoir bleuté de la rue solitaire, recueil de poèmes en français, édité en 2002, de De l’amour, recueil de nouvelles en créole, édité aux éditions de la Tour, en 2003, de Tizann, livre-jeunesse, écrit en collaboration avec Catherine Servan-Schreiber, haut cadre de l’Institut des Hautes Etudes Orientales, à Paris, de  Zan Balak, un roman, et de  Le vicomte de Roche Bois, recueil de poèmes, sorti cette année.
A noter que le chanteur Clarel Betsy l’a approché pour l’écriture de sa biographie musicale. Sedley Assonne a aussi écrit un texte sur La famille Ramiah, et prépare Zul Ramiah, l’homme arc-en-ciel. Il a aussi édité 4 romans de Yoga Serge Palan.
Sedley Assonne  est présentement réalisateur, à la MBC, des émissions  Portrait d’artiste et Métissages.
L’ensemble de l’oeuvre littéraire de l’auteur (poésie, nouvelles et roman) a fait l’objet d’une thèse, signée Pascal Nadal  (docteur-es-lettres au Mauritius Institute of Education), et présentée à l’université de Maurice sous le titre: « The narrative voice and the dream of social change in the works of Sedley Richard Assonne ».