C’est la comédie Thé à la menthe ou t’es citron ? qui viendra clore le festival Théâtrales Île Maurice, le 24 mai. Récompensée par le Molière 2011 du Meilleur spectacle comique, cette pièce concoctée par Patrick Haudecoeur et Danielle Navarro-Haudecoeur est une pure merveille. Elle a connu un succès phénoménal, avec pas moins de 1,700 représentations.
Les deux auteurs, Patrick Haudecoeur et Danielle Navarro-Haudecoeur, n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour livrer une heure trente de rires et de plaisir avec leur pièce Thé à la menthe ou t’es citron ? Une réalisation parfaitement réussie, qui jouera les prolongations sur la scène du Mahatma Gandhi Institute (MGI), le dimanche 24 mai à 18h. À la carte, une comédie à boire sans modération.
Thé à la menthe ou t’es citron ? se divise en deux parties. Dans la première, nous assistons aux répétitions d’une troupe de théâtre qui a décidé de jouer un boulevard. Dans trois jours a lieu la première représentation. Très vite, on comprend que ce n’est pas gagné. Les indications du metteur en scène sont peu claires. Le décor promet d’être hideux, les costumes aussi, tant la costumière marche à côté de son intelligence. Du côté des comédiens, c’est un concours de cabotinage. L’acteur principal est une caricature, l’actrice frise la crise de nerfs et le valet se prend pour le rôle principal. Reste le jeune premier, plus mauvais que tout et roi des maladresses. Il est là par la volonté de son père producteur et n’entend rien à l’art théâtral. Le seul à ne pas s’en faire est le technicien impassible.
Dans la deuxième partie, nous assistons à la première représentation. Pour notre plus grand bonheur, rien ne file droit. Là, le rythme s’emballe. Les gags et les imprévus se multiplient. Un vrai délire qui rend hilare le public.
La grande réussite de la pièce Thé à la menthe ou t’es citron ? est de s’appuyer essentiellement sur un comique de situation, impeccablement réglé par la mise en scène de Patrick Haudecoeur, qui ne laisse jamais place à l’à-peu-près. Toute la distribution de ce spectacle peut être qualifiée d’excellente car les comédiens réussissent admirablement un travail d’orfèvre en incarnant des ringards maladroits.