« Bonne fête, maman ! Tu es la meilleure, la plus douce, la plus merveilleuse des mamans au monde ! » La Fête des Mères, ce n’est pas seulement offrir des cadeaux et des fleurs à la femme qui nous a mis au monde, c’est avant tout la fête de la vie elle-même, la célébration d’un lien physique et psychique qui relie mère et enfant depuis des millénaires. Il existe entre la mère et son enfant une complicité unique. Si pour certains, ce lien se complique avec les années, en revanche, pour d’autres, la relation fusionnelle continue bien au-delà de la petite enfance. Donnons la parole aux mères et à leurs enfants.
Pas besoin d’attendre la Fête des Mères pour afficher une réelle complicité avec sa mère. Les mamans fusionnelles ne supportent pas d’être séparées de leurs enfants et vice versa ! Ils se confient, se réconfortent, partagent tout. Train-train quotidien, études, boulot, mode, complexes, amour, sexe : les mères qui entretiennent des relations fusionnelles avec leurs progénitures  et abordent tous les sujets. On est loin de l’époque où les conversations avec sa mère se limitent à : « Viens tout de suite à table ! ou encore tu me feras le plaisir de ranger ta chambre ! « . Lorsqu’une maman entretient une relation de copinage, ça donne plutôt : « Maman, j’ai rencontré quelqu’un, je dois te racontais ; ou encore : dis ma fille, tu me prêtes ton nouveau jean? « 
Duo de choc
C’est le cas de Sandra, 23 ans. Depuis sa naissance, la jeune femme a tissé des liens très forts avec sa maman, Paméla, 44 ans. « Ma maman a une place majeure dans ma vie, c’est mon pilier, mon exemple. Depuis toujours, nous avons un lien unique qui nous fusionne. Nous avons certes une relation fusionnelle, car je n’imagine pas ma vie sans elle. Nous partageons beaucoup de choses : nos quotidiens, nos délires avec les amis, ou même nos journées au travail. Nous avons développé une complicité extraordinaire. Toutefois, nous avons quand même chacune notre petit jardin secret. Je pense que cela est très important afin que la relation ne devienne pas trop envahissante », dit-elle.
Un avis que partage Paméla. « Sandra n’est pas seulement ma fille, c’est ma copine, ma petite soeur, mon tout. Je dirai même que nous avons toutes les deux une complicité extraordinaire, un attachement très fort. Être une maman n’est pas uniquement un lien de sang. Le rôle d’une mère, c’est, avant tout, comprendre, élever et guider son enfant tout au long de sa vie, mais il faudrait avoir des limites ; cela veut dire être là pour lui ou elle, sans tout lui imposait pour autant. Moi, j’ai toujours essayé de faire la part des choses entre mon rôle de maman et celui d’une amie », explique-t-elle.
Au-delà de leurs ressemblances physiques, Sandra et Paméla partagent des passe-temps notamment le shopping : « Nous avons les mêmes goûts en matière de mode et nous prenons beaucoup de plaisir à faire du shopping toutes les deux », dit Sandra. Comme chaque année, mère et fille ne manqueront pas de célébrer la Fête des Mères ensemble. « Comme les années précédentes, ce sera un déjeuner familial ou l’on partagera encore des moments de complicité », soutient la jeune fille.
« Ma meilleure amie »
Angie, 24 ans, considère sa mère comme sa plus fidèle confidente et sa meilleure amie. « Contrairement à beaucoup d’ados, je n’ai jamais eu de relation conflictuelle avec ma mère. Je vis une relation sereine avec ma maman. Même si j’ai mon petit jardin secret comme toutes les jeunes filles de mon âge, ma maman est la personne qui me connaît le plus. Je n’ai pas besoin de dire quoi ce soit, elle se rend compte qu’il y a quelque chose qui me perturbe et elle trouve toujours le moyen de remonter le moral. C’est l’une des personnes les plus importantes dans ma vie. Elle pense toujours à mon petit frère et moi avant de penser à elle. Ma maman, c’est tout simplement mon modèle dans la vie. C’est juste la meilleure », confie-t-elle.
Même s’il arrive que la jeune fille se dispute avec sa mère, elle soutient ne pas pouvoir imaginer sa vie sans elle. « C’est tout simplement impossible pour moi d’imaginer ma vie sans ma petite maman. Bien sûr que tout n’est pas constamment rose entre nous, mais les frictions ne dure jamais longtemps. En grandissant, j’ai réalisé que je peux vraiment tout lui dire. Ma mère est tout simplement ma meilleure amie et quelqu’un d’irremplaçable dans ma vie », dit-elle.
Pour sa mère Patricia, même si elle est parvenue à avoir une grande complicité avec sa fille, elle ne perd pas pour autant de vue son rôle de maman. « C’est très important pour une mère d’avoir des moments de complicité avec ses enfants, mais une maman doit être avant tout un guide.  Il est vrai que c’est parfois difficile de trouver le bon équilibre entre le rôle de maman et le rôle d’ami et confident. Je pense qu’il est primordial de montrer à votre enfant que vous lui faites confiance. Il ne faut pas avoir peur, quelques fois, de les laisser faire des erreurs ; de cette façon, ils apprendront par eux-même et ils sauront que peu importe le problème qu’il rencontreront au cours de leurs vies, il pourront toujours compter sur leur mère », explique-t-elle.
Joie d’être maman
À 20 ans, Anne-Sophie fêtera cette année pour la première fois la Fête des Mères. Maman du petit Lyam, âgé de 10 mois, la jeune femme ne cache pas sa joie. « Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. Être maman est tout simplement magique. Mon fils est tout pour moi et je suis fière qu’il fasse aujourd’hui partie de ma vie », dit-elle. Depuis la naissance de son petit garçon, Anne Sophie lui consacre tout son temps. « Je suis 24/7 avec lui.  Notre quotidien rime avec complicité. Ce sont des journées intenses où je lui donne tout l’amour possible. Grâce à lui, je fêterai pour la première fois cette année la Fête des Mères et mon fils est pour moi déjà le plus grand cadeau », confie-t-elle.