Dans l’éventualité que les mécanismes tels que les Remuneration orders, la compensation salariale et les négociations collectives soient abolies pour la mise en oeuvre d’un salaire minimal national comme suggéré par le patronat, Ashok Subron, négociateur syndical de la General Workers Federation et porte-parole de Rezistans ek Alternativ, lance un sévère avertissement au gouvernement pour « napa pran travayer pou larzan kontan ». La situation risque de se corser, selon Ashok Subron. « Tempo-la pou eklate sinon ». C’était lors des célébrations de la fête du Travail par la CSG avec d’autres mouvements tels que Rezistans ek Alternativ et CARES à l’auditorium Octave Wiehe à Réduit.
Ashok Subron a, une nouvelle fois, été très critique envers le patronat de l’industrie sucrière, la Mauritius Sugar Producers Association. Le négociateur syndical a ainsi lancé une sévère mise en garde contre l’application des points avancés par le rapport des consultants Landell Mills International Ltd qui recommande entre autres, l’abolition du droit de grève dans le secteur sucrier. « Les députés et le ministre des Finances doivent faire bien attention… Na pa zwe ar travayer, mem avek bann travayer ki pa syndike », a prévenu Ashok Subron. Et d’ajouter sur le même ton : « Kan lepep leve… ou kone ki arive ». L’homme est revenu sur les cinq premiers mois du GM Lepep qu’il accuse d’avoir « violé sa promesse » au sujet de l’introduction d’un salaire minimal national pour ceux au bas de l’échelle.
Ashok Subron, qui a critiqué le système du capitalisme, s’est également attardé sur la création de smart cities comme annoncé dans le dernier budget. Il entrevoit une tentative de diviser la population avec la volonté de créer d’un côté des espaces et facilités pour une certaine élite et de l’autre côté une autre catégorie de la population vivant dans les villes et les villages. Avec ce projet de smart cities, « c’est la valeur et la dignité humaine ainsi que la nature qui sont menacées », selon Ashok Subron.
Lors du rassemblement symbolique du 1er mai placé cet année sous le thème « Travayer ek Lanatir nou valer », l’animateur de la GWF a donné le ton concernant les mois à venir qui, selon lui, seront très critiques à plusieurs niveaux dans les différents secteurs où l’emploi est concerné avec des actions syndicales à l’agenda « Si bizin fer la grev, ou pou fer li », clame-t-il.
Auparavant, l’animateur de Rezistans ek Alternativ avait commenté la situation actuelle au sein du MMM et du PTr. Le premier se trouve, selon lui, en débandade et le second a perdu ses valeurs instaurées par les tribuns comme Guy Rozemont et Emmanuel Anquetil.