Les partis politiques ont « hijacké » la fête des travailleurs, déplore le Mauritius Labour Congress (MLC). Son président, Haniff Peerun estime qu’il est temps que cela cesse. « Rann travayer so zour fête », demande-t-il, s’insurgeant que les partis politiques, à force de « manzé-boire et pique-niques » offerts le 1er mai, ne rendent pas hommage à la sueur des travailleurs.
Mettant au défi tout parti politique de ne mettre aucun transport gratuit à la disposition du public pour se rendre aux meetings politiques, le MLC se demande « comié dimoun zot (ndlr : les partis politiques) kapav rassemblé ». « Ce serait la un vrai test de popularité », estime Haniff Peerun, qui suggère que l’argent dépensé par les partis politiques dans les transports publics pourraient servir à des projets sociaux, dont des low cost housing.
Le MLC réclame ainsi qu’une enquête soit faite sur le financement des partis politiques et leurs dépenses. « Comme tel est le cas pour les syndicats qui doivent rendre des comptes au Registrar of Association pour toutes les dépenses que nous faisons, il devrait avoir un Regulatory body pour les partis politiques en vue de contrôler d’où viennent l’argent qu’ils dépensent et comment ils le dépensent », dit le président du MLC. Ce dernier déplore ainsi outre le transport gratuit pour se rendre aux meetings, les pique-niques avec les repas offerts à cette occasion. « Ce finalement enn bribe ki pe donne dimoun. L’ICAC bizin faire enn lenket », dit-il.
Une autre date décrétée « Journée des employés »
Le MLC condamne également la décision du ministre du Travail, Shakeel Mohamed, de demander aux entreprises d’organiser en ce 1er mai, des pique-niques pour les travailleurs. Selon Haniff Peerun « cette décision appelle à un boycotte d’une activité syndical ce jour là ». Le mouvement syndical demande également aux autorités de décréter une « Place 1er mai ». L’objectif est d’avoir un lieu spécifique pour rendre hommage à la lutte des travailleurs. Dans le même ordre d’idées, au vu du « hijacking » de cette date par les partis politiques, le MLC souhaite qu’une autre date soit décrétée « Journée des employés ». « Comme cela se fait pour le teachers’ day le 5 octobre ou le Nurses’ Day le 12 mai », dit Haniff Peerun.