À l’occasion des célébrations des 52 ans de l’accession de Maurice à l’indépendance et des 28 ans au statut de République, le vice-président de la République, Eddy Boissézon, sera l’invité d’honneur de Rodrigues le 12 mars. La cérémonie officielle, avec pour thème “Lanatir, nou lavenir”, se tiendra au stade de Camp Du Roi à partir de 14h.

Toutefois, le traditionnel cocktail après la cérémonie protocolaire n’aura pas lieu cette année. Le message du Premier ministre, Pravind Jugnauth, sera lu dans toutes les institutions scolaires de l’île mercredi matin. Et le Jour-J, après la partie protocolaire du lever du quadricolore, le spectacle, sur le thème “Hibiscus et Trochetia”, représentant respectivement la fleur de Rodrigues et la fleur nationale, sera assuré par les enfants. Le tout sera suivi par un match de football le 14 mars.

Pour Serge Clair, c’est l’occasion de réfléchir afin de déterminer la place que Rodrigues occupe au sein de la république. « Lors des célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance, on a parlé de l’indépendance de l’île Maurice, mais pas de celle de la République. C’est pourquoi nous mettons beaucoup l’accent sur Rodrigues dans la République et dans l’océan Indien, car plusieurs îles de la région font partie de cette République. J’ai déjà demandé à un Premier ministre quelle est la valeur de Rodrigues au sein de la République et il n’a pu me répondre. Or, ce que Rodrigues apporte à la République, c’est l’économie bleue », dit-il.

Il ajoute que beaucoup de personnes « refusent de reconnaître l’importance de Rodrigues dans la République » et que d’autres « ne savent même pas » ce qu’est vraiment l’autonomie de Rodrigues. « Cette autonomie de l’île est un exemple dans le monde entier. Et Rodrigues deviendra une île qui servira d’exemple aux autres, en prenant des décisions fermes sur le plan écologique. Et les politiciens à Rodrigues doivent avoir à coeur l’intérêt de la population, et non leur intérêt personnel. Il n’y a aucune différence entre le peuple rodriguais et les autres, car nous sommes tout aussi capables que les autres d’accomplir des choses formidables », indique Serge Clair. Il conclut que, maintenant, « il s’agit de lutter afin que, lors des prochains Jeux des îles de l’océan Indien, Rodrigues y participe en tant qu’île autonome et non sous la bannière du quadricolore dans l’équipe nationale mauricienne ».

Il ajoute : « L’île de La Réunion et Mayotte, qui sont des territoires français, y participent en tant qu’île, pourquoi pas Rodrigues ? Nou pa le ki tret nou kouma sitwayin deziem grad kouma ti fer dan lepase. » Pour la commissaire de la Culture, Rose De Lima Edouard-Ravina, c’est l’occasion de réfléchir sur le rêve de la construction de Rodrigues au sein de la République. « Chaque Rodriguais doit pouvoir se positionner pour atteindre ce rêve. À l’aube des 18 ans de l’autonomie, qui seront célébrés en octobre prochain, il est plus que jamais temps de célébrer le patriotisme rodriguais et cette appartenance à la République pour que les deux brillent dans son ensemble. La fierté, le professionnalisme et le sens de l’accueil doivent primer dans la sobriété », indique-telle.

Elle fait également ressortir que l’écologie est « un des piliers du développement de Rodrigues ». Elle a ensuite remercié tous les sponsors qui ont contribué à l’organisation de ces célébrations. À noter que les festivités de la fête nationale ont débuté durant le week-end avec la 3e édition du “Golden Bat Night Trail”, le sport étant « un élément unificateur », selon Rose De Lima Edouard-Ravina.

Plusieurs autres activités sont prévues pour culminer sur un match de football féminin le 14 mars au stade de Camp Du Roi