Moment symbolique hier au Champ de Mars où s’est tenue la cérémonie protocolaire marquant le 48e anniversaire de l’indépendance de Maurice et le 24e anniversaire de son accession au statut de République. Un événement placé sous le thème Nou destin dan nou lamé empreint de solennité avec, outre le lever du drapeau et la salve de canon, les défilés aériens et les démonstrations des forces de l’ordre mauriciennes.
Sont-ce les tensions palpables au sein qui gouvernement qui ont rythmé la cérémonie de la fête nationale hier, ou un manque de planification du ministère des Arts et de la Culture ? En tout cas, c’est une cérémonie protocolaire sans ferveur à laquelle a assisté le maigre public. Et comme attendu, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, n’a pas assisté à cette cérémonie nationale. D’autres absences, à l’instar celle du leader du MSM, Pravind Jugnauth, se sont aussi fait remarquer.
Le coup d’envoi des festivités a été donné peu après 18h hier après l’arrivée au Champ de Mars de l’invité d’honneur, le président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, et son épouse, accueillis par le chef du gouvernement, sir Anerood Jugnauth, et la présidente de la République de la République, Ameenah Gurib-Fakim, ainsi que le ministre de Arts et de la Culture, Dan Baboo. Le ministre Gungah et son épouse, arrivés en retard, ne sont pas passés inaperçus, car dérogeant au protocole. Ils se sont joints au Premier ministre et à la Présidente, contre toute attente, pour eux aussi accueillir le Président malgache.
Une fois Hery Rajaonarimampianina et son épouse à leur place, sir Anerood Jugnauth et Ameenah Gurib-Fakim, sous le regard du ministre de Arts et de la Culture, ont procédé au lever du drapeau. Cérémonie agrémentée par l’hymne national entonné par la Police Band, avant que ne résonne la salve traditionnelle des 21 coups de canon. Après que la garde d’honneur s’est retirée, c’est par un défilé aérien de l’escadron héliporté de la force policière mauricienne, l’escadron aérien maritime de la police, le 2e Régiment Français de parachutistes d’infanterie marine des forces armées de la zone sud de l’océan Indien et la force navale qu’a démarré le spectacle qui, après 13 années d’absence, a vu la participation des majorettes du Queen Elizabeth College.
C’est le moment qu’a choisi le leader de l’opposition, placé cette année au 2e rang, derrière la Speaker, pour partir. Et une dizaine de minutes plus tard, d’autres départs s’en sont suivis. Ministres et députés, certains attendus au dîner en l’honneur du Président malgache au Restaurant Opium à Bagatelle, ainsi que d’autres invités, au-devant d’une cérémonie sans ferveur, ont fait fi du protocole en quittant le Champ de Mars sans attendre le départ de Hery Rajaonarimampianina, SAJ et Ameenah Gurib-Fakim, qui ont quitté les lieux sur le coup de 19h45, après le spectacle de feux d’artifice. Outre cet impair protocolaire, ce qui a aussi retenu l’attention, c’est l’absence à la fête nationale — outre des trois députés du PTr et de quelques députés mauves — de Pravind Jugnauth.
On aura également noté que si le Président malgache était l’invité d’honneur, rappelant ainsi la solidarité et le partenariat entre Maurice et la Grande île, cette relation n’a pas été soulignée durant les spectacles.