Le Chef du gouvernement avertit les jeunes sur des incertitudes de l’économie mondiale et craint que les turbulences économiques ne durent plus longtemps. Selon lui, il y a nécessité de relever constamment le niveau de l’éducation et les compétences professionnelles pour répondre aux nouveaux défis et afin d’être compétitifs dans cette économie globale.
« Uncertainties abound in the world economy. We will have to sustain growth through a lengthy period of turmoil globally. Our certainty is that economies will become increasingly sophisticated and knowledge-driven. We need to continually raise our educational and skills levels to compete effectively in the global economy », dit Navin Ramgoolam dans le message lu dans toutes les institutions primaires, secondaires et tertiaires. Selon le chef du gouvernement, les changements apportés depuis l’an dernier aux critères d’admissions en Lower VI et qu’il qualifie « d’approche flexible », tendent vers cette direction. « Our ambition is to give more students the possibility of pursuing higher secondary studies ». De même, dit-il, le gouvernement a pris des mesures importantes pour étendre l’accès aux études universitaires.
Encore une fois cette année, Navin Ramgoolam souligne la gratuité du système éducatif primaire et secondaire et de l’enseignement supérieur à Maurice, affirmant que les jeunes appartiennent à une « priviledged generation of Mauritians ». C’est à leur tour de jouer pleinement leur rôle pour assurer la viabilité du développement qu’a connu le pays jusqu’ici. « Highly educated and motivated young people, such as yourselves, are called upon to drive the country’s sustained development. »
Le Premier ministre fait allusion aussi à l’État-providence en mentionnant l’accès gratuit aux soins de santé et la pension universelle aux personnes âgées. C’est l’investissement de l’État dans le social, dit-il, qui est à la base du progrès économique du pays et qui a permis aussi de construire « a more equitable, harmonious and just society ».