Après une tournée à la mi-journée hier dans le centre de Rose-Hill pour un constat de la situation en cette fin d’année, Toussaint André, le maire, affirme qu’il ne tolérera pas les activités des marchands ambulants dans les artères principales de la ville. « Nous respecterons le jugement de la Cour qui donne gain de cause aux commerçants » soutient-il au Mauricien. Il promet aussi un centre ville safe et propre.
En début de semaine, des marchands ambulants étaient très actifs et de manière visible dans le centre ville de Rose-Hill. Certains avaient même pris leurs assises à côté de la poste, les articles posés à même le sol. De quoi agiter l’Association des commerçants de BBRH qui, rappelons-le, avait donné son soutien à l’ancien maire Norbert Froget pour faire respecter un jugement de la Cour suprême en faveur des commerçants et datant de décembre 2010. D’ailleurs, l’association avait adressé une lettre d’appréciation à l’ancien maire pour sa prise de position ferme durant ces deux dernières années. Rappelons que sur la base de ce jugement, la municipalité de BBRH a, en février 2011, avec la collaboration de la police, délogé les marchands d’aliments qui opéraient à la place Cardinal Margéot ainsi que les autres hawkers qui travaillaient aux alentours. Craignant un retour en force des hawkers devant les magasins, cette association des Commerçants a envoyé une lettre mardi au leader du MMM, lui demandant de dire au maire qui sera désigné de respecter le jugement de la Cour dans son intégralité. « Puisque nous ne savions pas encore qui allait être le nouveau maire nous avons écrit au leader de l’opposition pour lui faire part de notre inquiétude », explique un responsable de cette association qui a aussi envoyé jeudi une lettre à Toussaint André en vue d’une rencontre.
Les habitants de BBRH ainsi que les commerçants payant la redevance municipale suivent avec attention la position des nouveaux administrateurs de la ville sur le dossier des marchands ambulants et le maire en est conscient. D’où la visite qu’il a entreprise hier dans le centre ville en compagnie des inspecteurs municipaux. « Nous irons dans la direction du jugement de la Cour. Je dois dire que c’est aussi à la police de veiller à ce que la loi soit respectée. Pour l’heure tout est sous contrôle », soutient Toussaint André au Mauricien après sa tournée. De par ses observations sur le terrain, le maire estime qu’il ne sera pas difficile de trouver une solution au problème des hawkers. À son avis, la municipalité dispose de suffisamment d’espaces libres dans ses foires se trouvant dans différents endroits de la ville pour « caser » ces marchands. Mais il faudra d’abord, dit-il, réorganiser ces structures de proximité, car il constate que certaines d’entre elles sont sous-utilisées et cite en exemple la foire de Barkly, qu’il qualifie de « foire fantôme » par manque de fréquentation des habitants aux alentours. Le maire suggère une évaluation de ces espaces. « Ki fer ena lafwar ki byen frekante ek dimoun sorti byen-byen lwen parfwa pou al aste kitsoz laba ek ki fer dan lezot dimoun pa mem met lipie ? », se demande Toussaint André. Il est d’avis que les locataires des étals doivent aussi faire des efforts pour attirer les clients en proposant des articles répondant aux besoins des habitants. Le maire souligne qu’un des projets chers pour la nouvelle équipe dirigeante aux villes soeurs par rapport au volet commerciale est la mise en place d’un réseau pour les petits entrepreneurs.