ADI TEELOCK

Une femme à bord d’une petite voiture, quitte pour un choc…

Un jeune à moto, traîné sous le tram sur la voie. Que son âme repose en paix.

Tous deux malmenés sur les réseaux sociaux car ils auraient brûlé un feu rouge, pas respecté le Code de la route, auraient été trop pressés ; bref, il et elle ne mériteraient aucune compassion et mériteraient ce qui leur est arrivé.

Mais quid de ces autres feux rouges grillés avant qu’on en arrive là ? Sont-ils tellement énormes qu’on ne les voit pas, ou plus ? Les implications et les conséquences sont-elles si sournoises et profondes qu’on ne les voit pas, contrairement à un accident causant mort d’homme ? A-t-on déjà oublié le fast-tracking qui a brûlé tous les feux rouges au mépris des règles de la bonne gouvernance, de la démocratie élémentaire et de conformité avec les meilleures pratiques internationales de bonne conduite ? Tout ça pour que le tram puisse être sur rail à une date avant les élections générales, « with no time and cost overruns » comme l’a dit le ministre en charge du dossier Metro Express à l’époque.

– Modification de la loi de l’environnement (Environment Protection Act) en mars 2017 pour ne pas faire un Environmental Impact Assessment (EIA). Ceci alors que ce genre de projet est classifié Catégorie A par les institutions et agences internationales et comme tels doivent obligatoirement être soumis à un EIA (1). Il ne s’agit pas uniquement d’infrastructures, de structures physiques, mais de bouleversement des habitudes, d’interactions dans un environnement modifié par les voies et la circulation du tram. Le gouvernement mauricien n’a pas respecté le protocole établi pour ce genre de projets. Il a agi en non-conformité avec les meilleures pratiques internationales de bonne conduite (2).

– Opacité quasi-totale sur le projet : création de compagnies privées qui ne sont pas redevables (accountable) à l’Assemblée nationale ; Traffic Impact Assessment pas conduit (considéré comme tel car pas disponible) ; opacité sur les « risk assessments » qui devraient avoir été conduits – dont celui qui aurait pris en compte le comportement des usagers de la route –, études de faisabilité pas disponibles (si conduites) ; incertitude sur la certification de sécurité.

– Faute d’un Traffic Impact Assessment, la cacophonie survenue après la mise en service du tram à la rue Vandermeersch avec des déviations et une route faites en catimini.

– Projet imposé sur la population sans conduite d’études pour évaluer les options de transport public dans le but de choisir l’option la mieux adaptée.

– Destruction de maisons par l’utilisation de la force armée à Barkly, non loin de là où s’est produit l’accident fatal ; traumatisme d’enfants lié à cette destruction.

– Absence ou déficit de mécanismes d’accompagnement de personnes déplacées et de petits commerces affectés.

– Pas de consultations avec les populations impactées.

– Absence de préparation des populations aux modifications liées à l’interaction voies de tram et routes. Par exemple, pas de campagnes nationales d’information, d’explication en amont de la mise en service, pas de réunions de proximité sur les modifications futures aux quartiers, absence d’examens de conduite intégrant les changements liés à l’opération du tram des mois avant son entrée en service.

– Absence de cadres de gestion des bouleversements environnementaux et sociaux causés.

– Doléances et inquiétudes de populations pas prises en compte. Par exemple, à Barkly encore, l’insécurité causée par l’absence de passages sécurisés sur la voie en nombre suffisant, pas de mains courantes entre les voies du tram et la route. La colère des habitants sur ce point le soir de l’accident était d’ailleurs palpable.

– Destruction d’espaces verts au milieu de villes avec utilisation de la force armée.

Alors, avant de jeter la pierre à ceux qui brûlent les feux rouges, qui ne respectent pas les règles élémentaires de bonne conduite, assurons-nous que notre cible est bien celle que nous devrions viser.

(1) Category A: Business activities with potential significant adverse environmental or social risks and/or impacts that are diverse, irreversible, or unprecedented.ifc.org/wps/wcm/connect/topics_ext_content/ifc_external_corporate_site/sustainability-at-ifc/policies-standards/es-categorization

(2) https://www.lemauricien.com/article/fast-tracking-et-opacite-inquietants/