Les autorités procèdent depuis peu à une vaste opération de nettoyage de la rivière Latanier qui prend sa source dans Vallée-des-Prêtres et termine sa course à l’estuaire de Terre-Rouge, cela dans le cadre d’une campagne d’envergure de nettoyage de drains et de rivières pour empêcher la prolifération de la fièvre dengue dans la capitale et dans le pays.
La rivière Latanier est considérée comme un important chantier à attaquer vue qu’elle passe par Cité-la-Cure où la plupart des cas de fièvre dengue ont été rapportés. Les travaux de nettoyage dans cette rivière longue de 5,8 km ont débuté et été divisés en étapes – de Vallée-Pitot à Marjolin, de Marjolin à Sophie Lane, de Sophie Lane à la station d’essence Shell située sur l’autoroute et de celle-ci jusqu’à l’estuaire de Terre-Rouge. Si une partie des travaux de nettoyage a déjà débuté, il est question d’avoir recours à une aide financière dans les semaines qui viennent pour les effectuer sur toute la longueur de la rivière. Une évaluation des coûts a déjà été réalisée.
Le ministre des Collectivités Locales, Anwar Husnoo, a convié hier à son bureau les principaux acteurs dans la lutte contre la prolifération de la fièvre dengue. Selon le ministre, il est question d’éliminer les vecteurs de la maladie à travers le nettoyage des détritus et autres bulky waste où peuvent se multiplier les moustiques et d’empêcher ainsi la prolifération de la maladie dans le pays. Anwar Husnoo a confirmé qu’à ce jour, une soixantaine de cas ont été détectés, la plupart dans la région de Port-Louis (Champ-de-Mars, Vallée-Pitot, Ward IV, Cité-Martial, rue marjolin à Cité-la-Cure) et que les patients admis à l’hôpital n’ont pas eu de complications majeures. La campagne de nettoyage de drains et de rivière vise surtout la capitale. Au niveau du conseil de district de Pamplemousses, une campagne de nettoyage a débuté samedi dernier à Trou-aux-Biches où des cas de fièvre de dengue ont été recensés. Une quarantaine d’employés ont été mobilisés, selon le CEO, M. Beeharry.
Les autorités mettent l’accent sur une campagne de sensibilisation. Pour la PPS Roubina Jadoo-Jaunbocus, il est de la responsabilité collective d’assurer que les arrière-cours soient propres et elle insiste sur la continuité des efforts pour conserver l’environnement toujours propre. Le ministre du Service civil, Alain Wong, abonde dans le même sens en insistant sur l’éducation et les précautions à prendre afin de freiner la prolifération des moustiques.
Autre problème soulevé durant la réunion d’hier : les terrains vagues à travers l’île. Dans un rayon de 100 à 150 km, on dénombre environ 10 000 terrains vagues et dans de nombreux cas, les propriétaires ne peuvent être retracés. Les autorités lancent un appel aux propriétaires pour nettoyer les lieux.