Le ministère de la Santé, avec la collaboration de divers Stakeholders, met les bouchées doubles pour l’élimination des larves et des moustiques à Triolet et dans les régions avoisinantes. Quelque 304 employés du ministère se sont mobilisés depuis hier pour un programme intensif de pulvérisation, soutenu par l’exercice d’épandage d’insecticides et de fumigation. Une campagne de sensibilisation débutera aujourd’hui dans cette même région.
Triolet était en effervescence hier après-midi. Le ministre de la Santé Lormesh Bundhoo ainsi que Satish Faugoo, ministre de l’Agro-industrie et député de la circonscription, sont venus assister au déroulement de l’exercice de “fogging” et de “larviciding”. Voulant rassurer les habitants, ils ont affirmé que tout l’arsenal nécessaire était mis en place afin d’éviter la prolifération de la maladie. Faisant un appel à la collaboration des habitants pour le nettoyage de leurs cours et terrains, ainsi que pour le drainage de l’eau stagnante, idéale pour la reproduction de moustiques, les deux ministres ont demandé aux habitants d’éviter les rassemblements et de ne pas faire de longs trajets. « On souhaite contenir cette propagation dans la région de Triolet. Nous ne souhaitons pas qu’il y ait une contamination plus large à travers le pays. Je demande aux habitants de prendre leurs précautions », a fait comprendre Lormesh Bundhoo.
Dans un premier temps, la pulvérisation d’insecticides est effectuée dans des endroits à forte densité de population de moustiques pour prévenir la prolifération. Les régions avoisinantes sont également touchées par cet exercice. « Si nous nous concentrons uniquement à Triolet, le moustique – qui a la capacité d’effectuer un voyage de 300 à 500 mètres – pourra aller se réfugier dans une autre localité et y répandre le virus. C’est pourquoi nous avons entamé un programme de pulvérisation également dans les zones avoisinantes, et ce en continuant notre action en nous rapprochant du centre de la contamination », soutient le ministre de la Santé. Alors que 300 membres du personnel sont actuellement sur le terrain pour le fogging et larviciding, le ministère déploiera une centaine de personnes qui feront du porte-à-porte pour la campagne d’éducation et de sensibilisation. L’équipe en charge de la pulvérisation effectue également des inspections à domicile pour s’assurer que l’eau n’est pas stagnante dans les cours et sur les toits des maisons.
Satish Faugoo, quant à lui, se dit confiant que la maladie peut être contrôlée. « Pour cela, nous avons besoin du soutien et de la collaboration de tous », lance le ministre. Revenant sur les conditions climatiques idéales pour la reproduction des moustiques, ce dernier ajoute dans la foulée : « Nou pena kontrol lor lanvironman me nou ena kontrol lor la maladi. » À 7e Mille, certains habitants se plaignent des terrains à l’abandon et des cours mal entretenues. « Guet sa terin-la, li byen sal. San konte ki ena boukou moustik lor sa. Nou bisin ress dan lakaz », explique une habitante lors du passage des ministres.
Rappelons que le premier cycle de larvicing a pris fin hier. Ce n’est que dans une dizaine de jours qu’un deuxième cycle débutera. Le premier cas détecté date de lundi, à Triolet. Depuis, 16 cas – dont 15 dans la localité et un à Belvédère – ont été enregistrés.