Alors que le gouvernement mène une campagne à outrance pour renforcer la sécurité sur les routes, le fils d’un des ministres du gouvernement dirigé par Pravind Jugnauth, a été arrêté par la police tôt ce matin pour conduite sous influence de l’alcool. Il a passé une partie de la nuit en cellule de dégrisement dans un poste de police des Plaines-Wilhems avant de rentrer chez lui dans la matinée de samedi.
Le fils du ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur, qui n’est pas à son premier coup, fait encore parler de lui. Il a été arrêté par la police suite à un contrôle d’alcoolémie très tôt ce matin. La voiture, que conduisait le fils du ministre Sesungkur, avait heurté un pylône électrique le long de a route Royale à Belle-Rose vers les 4 heures ce samedi matin. Les policiers dépêchés sur place devaient constater que le chauffeur de voiture avait un problème de sobriété. Les résultats suite aux procédures d’alcootest devaient confirmer qu’il était en infraction avec la loi. Il a été verbalisé et placé en détention selon les dispositions de la loi.

Le fils du ministre Sesungkur n’en est pas à sa première incartade avec les accidents et ses démêlés avec la police.

Le 17 décembre 2017 il a été impliqué dans un accident à La Marie. Ce n’est que trois jours après qu’il a fait sa déposition au poste de police de Vacoas. Dans sa version des faits, le jeune homme avait avancé qu’il était au volant d’une Audi dans la région de Mare-aux-Vacoas quand, en négociant un contour, il a terminé sa course dans un buisson. Il n’a pas été blessé et n’aurait endommagé aucune structure sur la route. Néanmoins, la voiture a subi des dommages et doit être réparée. Sohail Sesungkur n’a cependant pas rapporté le cas à la police dans les 24 heures suivant l’accident, comme prescrit par la loi.

Le 3 juin 2017 Sohail Sesungkur, avait été mêlé dans un cas d’agression survenu à Quatre-Bornes avec en toile de fond l’accident de sa BMW avec un taxi conduit par Mohammad Yaseer Kardaree, âgé de 28 ans. Les deux parties se renvoient la balle et s’accusent mutuellement d’agression.