Les examens du Primary School Achievement Certificate (PSAC), en remplacement du CPE, démarrent dès la semaine prochaine. Comme annoncé, cette épreuve se fera en deux temps, soit l’examen de “sciences” et “histoire-géographie” au début du troisième trimestre et ceux de français, anglais, maths et langues asiatiques/kreol morisien à la fin du mois d’octobre. Les papiers de sciences et d’histoire-géo ne seront toutefois pas corrigés tout de suite. Ils seront « gardés sous scellés », nous assure-t-on, en attendant les autres papiers.
L’entrée dans le Nine-Year Continuous Basic Education (NYCBE) se concrétise avec la tenue du premier examen du PSAC dès la semaine prochaine. Mardi, les candidats prendront le papier de sciences et, mercredi, celui d’histoire-géographie. Selon le plan de la réforme, les examens pour ces deux matières doivent se tenir en deux temps : une première partie en Grade 5 (Std V) et une deuxième en Grade 6 (Std VI). Toutefois, pour ce premier groupe d’enfants passant le PSAC, il n’y a pas eu d’examen en Grade 5 l’année dernière, étant donné le gros retard dans la distribution du manuel.
Déjà, après contestations de la Government Teachers Union (GTU), le ministère a été contraint d’alléger le programme pour ces examens, toujours en raison du retard dans la distribution des manuels. Certains chapitres ne seront donc pas considérés pour les examens 2017. De même, c’est la première fois que le “kreol morisien” sera au programme des examens de fin de cycle. L’année prochaine, il sera enseigné au secondaire.
Selon le ministère de l’Education, 20 411 candidats se sont enregistrés pour ce premier PSAC. On compte 10 774 garçons et 9 637 filles, pour un total de 368 centres d’évaluation. Chaque centre est placé sous la supervision d’un Presiding Invigilator, épaulé par un ou deux assistants. Les surveillants seront au nombre de 5 306. Outre les candidats venant des écoles primaires, il y a également les candidats privés. L’examen se tient parallèlement à Rodrigues et à Agaléga.
Pour ce qui est de la correction, elle se fera début novembre, soit après la deuxième partie des examens, prévus du 24 au 27 octobre. Entre-temps, les épreuves de sciences et histoire-géographie « seront gardées sous scellés », nous assure-t-on dans les milieux concernés. La raison : les enseignants concernés par la correction des épreuves sont actuellement en classe et il faudra attendre les vacances pour qu’ils soient libres en vue de la correction.
Les questionnaires ont aussi été revus pour ce nouvel examen. De manière générale, on peut dire qu’il a été allégé par rapport au CPE, avec beaucoup de visuel pour la première partie des questions. Selon les « specimen papers » distribués aux écoles par le Mauritius Examination Syndicate (MES), le questionnaire de sciences comprend une série de questions à choix multiples. D’autres épreuves requièrent aux enfants de se servir de leur logique, avec une série de questions à partir d’une image.
Les enseignants ayant travaillé sur le spécimen estiment que ce genre de questions est « trop vague ». Ils souhaitent que le MES rectifie le tir pour le papier final. Lors des ateliers de validation du questionnaire, le président de la GTU, Vinod Seegum, avait, lui, suggéré que pour ce genre de questions, que l’enfant réponde en français ou en kreol, il faut lui accorder les points.
Le papier d’histoire-géo ne comporte, lui, pas de grands changements par rapport au CPE. Les épreuves débutent avec deux séries de questions à choix multiples. Par contre, les deux dernières questions nécessitent des réponses élaborées. Chaque partie rapporte deux points. Alors que certaines réponses relèvent de leçons apprises, d’autres sont liées aux observations faites à partir d’une image.
Rappelons que les candidats ont aussi été évalués en “Communication Skills” pour ces examens. Les évaluations ont été entreprises dans les écoles respectives tandis que le MES a agi comme modérateur. Le niveau obtenu sera indiqué sur le certificat comme “Proficient”, “Intermediate” et “Basic”.