Le ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur, a souligné hier l’importance pour Maurice de se prémunir contre tous les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Il procédait à l’ouverture d’un atelier de travail portant sur la formation du personnel nécessaire pour lutter contre le financement du terrorisme.

« Il est important que la communauté internationale sache que Maurice a toujours respecté les normes et règlements internationaux concernant la lutte contre le financement du terrorisme. La session de formation est organisée avec la collaboration des Nations unies. Nous faisons tout notre possible pour que Maurice améliore son cadre légal afin de respecter les normes internationales contre le financement du terrorisme.

Pour un centre financier comme Maurice, le risque que certaines organisations internationales tentent de l’utiliser à des fins inavouables est grand », a déclaré Sudhir Sesungkur.

Il a observé qu’il y a eu des tentatives dans le passé « qui ont été déjouées » sans toutefois citer des cas précis qui, comme il l’a précisé, « sont de nature confidentielle ».

Le ministre a indiqué que le National Risk Assessment Report pour Maurice sera finalisé en mars à l’occasion d’un séminaire de trois jours organisé sous l’égide de la Banque mondiale. « The report will assist Mauritius in the prioritization and efficient allocation of it’s ressources and provide useful information to financial institutions and designated non financial businesses and professions to support the conduct of their own risk assessments », a-t-il dit.

Par la même occasion, un plan stratégique national pour la période 2019-2022 sera préparé afin d’élaborer une feuille de route pour les trois prochaines années. Afin d’assurer la coordination et la mise en œuvre de la stratégie nationale et du plan d’action, un secrétariat a été institué sous la responsabilité du ministère des Services financiers.