Le Foreign Direct Investment (FDI) en chute libre pour le premier trimestre de cette année, dont avait fait mention Week-End dans sa dernière édition, a eu l’effet d’une véritable douche froide, pour ne pas dire d’un réveil brutal, que ce soit à l’Hôtel du gouvernement ou encore à la Banque de Maurice, chien de garde de la performance économique. Profitant des délibérations de la dernière réunion du Monetary Policy Committee (MPC), lundi dernier, avec une augmentation de 25 points du Repo Rate (5,5%), le gouverneur de la Banque de Maurice, Manou Bheenick, a mis en garde contre les répercussions néfastes d’un tarissement de la source des flux des investissements étrangers. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a pris la relève, mercredi, à l’ouverture du Mauritius International Investment Forum, en préconisant des remèdes de cheval dans une tentative de modifier le cours des événements sur le plan économique. Vendredi, le secrétaire au Cabinet, Suresh Seeballuck, a été nommé à la tête d’une équipe de « sherpas économiques », dont Maurice Lam, président du Board of Investment, Vassudev Hassamal, Senior Adviser au Office of Public Sector Governance, Amédée Darga d’Enterprise Mauritius, Osman Mohamed, « Monsieur Maurice Ile Durable » et Kailash Ruhee, Chief of Staff au Prime Minister’s Office. Une mission spéciale leur a été assignée : donner un coup de fouet à l’investissement.