Le titre forcément interpellera plus d’un. Pourquoi une telle question ? Pour beaucoup, le Budget 2012 s’ouvre sur des perspectives intéressantes pour les chefs d’entreprises et les hommes d’affaires. Peut-être que le peuple y trouve son compte… ou pas. Ne sommes-nous pas humains et ne sommes-nous pas des éternels insatisfaits ? Certaines questions demeurent.
La crise de l’euro est certes une menace pour l’économie mondiale et le budget qu’on nous a servi préconise des mesures pour y faire face. Cependant, l’un des grands absents de ce budget reste l’environnement. On nous a fait comprendre que nous optons pour une île Maurice durable mais rien dans ce budget ne préconise des initiatives pour améliorer un tant soit peu l’état de notre environnement malade. Il met l’accent sur l’investissement et la construction mais ce qu’on ne réalise pas est que construire en excès ne fait pas de notre île un espace « durable ». Pourquoi construire pour le bien-être et l’enrichissement de l’investisseur et non pour celui du peuple (pardonnez la hardiesse de mes propos mais je ne mangerai pas du béton tous les jours !) ?
Si ce budget offre des opportunités au peuple pour avoir un toit et une petite augmentation de la pension de vieillesse, la baisse des prix des produits cosmétiques est une grosse farce. Je me souviens qu’il y avait eu une année une baisse sur les produits électroménagers. Ceux qui s’asseyent et cogitent sur ce fameux budget me laissent vraiment sceptique : en quoi cela améliorera le quotidien si ce n’est que de se maquiller et de soigner son apparence ? Serait-ce des médicaments ou des denrées alimentaires essentielles à la population dont il parlait ? Non. C’est trop beau pour être vrai. Donc à vos rouges à lèvres mesdames et à vos déodorants messieurs. Ils nous veulent beaux !
Ne soyons pas trop méchants. Le budget fait la part belle à l’économie et je dois avouer que certains aspects sont assez louables. Notre ministre des finances tente de redresser la barre du bateau Maurice. Toutefois, il serait temps que tout ce beau monde qui navigue dans ce bateau idyllique redescende sur terre et cesse de croire qu’on est comme lui, bien loti et ne manquant de rien (sauf de produits cosmétiques !).